Un dimanche au salon Fnac Livres

Salon Fnac Livres
DR

La quatrième édition du Salon Fnac Livres se tenait du vendredi 20 au dimanche 22 septembre à la Halle des Blancs Manteaux, sous le signe du verbe et de la vie ! De nombreux auteurs étaient invités à participer aux tables rondes. Nous vous en relatons quelques morceaux choisis.

Sorj Chalandon

Sorj Chalandon partage son émouvant témoignage sur le combat mené par son épouse contre le cancer, à l’origine de son livre Une joie Féroce

« J’ai cherché à me moquer de la maladie, la ridiculiser, la rendre idiote et moche, l’écraser. Ce roman, proche de la fable picaresque, raconte comment on s’en sort et les batailles qu’on livre, dont j’ai moi-même fait l’expérience en tant qu’enfant bègue ».

Luc Lang

Luc Lang, auteur de La tentation,évoque quant à lui le pouvoir de la littérature.

« Elle n’est pas donneuse de leçon, militante ou démonstratrice, elle n’érige pas de modèle à suivre. Le lecteur puise dans les livres une force, trouve quelquechose qui fait écho avec sa propre vie, avec ce qu’il doit affronter. La lecture permet de se ressourcer ! »

Alexis Michalik

Alexis Michalik

Arrive l’irrésistible Alexis Michalik,auteur (après la pièce Edmond) de Loin. On est sous le charme ! Beau, sympathique, et drôle avec ça…

« Mon entourage m’a très peu encouragé lorsque je leur faisais lire mes premiers textes. Paradoxalement, cela m’a poussé à continuer à écrire. Ce premier roman ? Sachez que j’ai mis quelques années à le finir ! Venant du théâtre, je suis très heureux de la bienveillance des critiques à mon égard, et presque surpris de me retrouver dans les sélections. J’ai voulu écrire un roman d‘aventures, ludique, léger, à lire sur la plage, pas vraiment un livre de la rentrée, d’autant qu’il fait 650 pages ! Mon personnage parcourt différents pays, sur lesquels je me suis beaucoup documenté. J’aimerais donner envie de les visiter, ou même qu’un lecteur passionné refasse le voyage et m’envoie les photos témoignant de sa virée ! [à bon entendeur J] Je suis issu d’une famille aux origines cosmopolites. A titre personnel, je n’aime rien tant que voyager, découvrir d’autres pays, rencontrer d’autres cultures. Je suis obsédé par l’idée de tout quitter, d’exercer plusieurs métiers, de me réinventer… Ça me redonne du peps ! Mes influences ? Quand j’étais jeune, j’ai beaucoup regardé les séries télé, elles m’ont nourri. Dumas aurait écrit comme ça, s’il avait vécu aujourd’hui. Mes sources d’inspiration viennent de  la littérature (Stephen King, Dumas…), autant que de la BD (beaucoup de mangas notamment) ou des films anglo-saxons (que je regardais avec ma mère, qui est anglaise). Mon ton est le cumul de tous ces univers, et la conjonction de ce j’ai lu, vu, vécu. »

Fabrice Luchini

Fabrice Lucchini

D’un homme de théâtre à l’autre… Tout en perfecto et jean slim, au meilleur de sa forme, notre Fabrice Luchini national offre un one-man-show euphorisant ! 

« J’ai grandi à Barbès. Ma mère était femme de ménage et mon père vendait des légumes. A 13 ans, j’ai dû arrêter l’école et suis devenu coiffeur dans les quartiers chics du 8ème, dans un salon qui surplombait les jardins des Champs Elysées. Tout cela est vrai ! » Digressions relatives à seloger.com, imitation de Louis Jouvet autant que d’une présentatrice bimbo, allusion à ce que c’est que « d’être de gauche », interactions avec le public, ponctuent entre autres la verve jubilatoire du plus lettré de nos comédiens… « Qu’est-ce que la note ? La note c’est ne pas trahir les textes de nos génies littéraires. Pour l’atteindre, je ne me lasserai pas de travailler Rimbaud ou Baudelaire. Il faut tenter de restituer leurs phrases dans leur pureté originelle, sans y mettre nos trémolos personnels.»

Et Luchini de quitter l’auditoire acquis à sa cause en vantant les « qualités extraordinaires » de celui-ci… 

 

 

Pour aller plus loin...

> Explorez notre rubrique Lecture

> Retrouvez toutes nos Anecdotes insolites