Le niveau d'orthographe de nos petits écoliers empire

Le niveau d'orthographe de nos petits écoliers empire

Selon une étude publiée par le ministère de l'Education mercredi, le niveau des élèves en français ne cesse d'empirer. On compte pas moins de 17,8 erreurs en moyenne dans une dictée en 2015 contre 14,3 en 2007 et 10,6 en 1987. L'étude porte sur la même dictée présentée à plusieurs années d'écart. Le texte se composait de 67 mots et 16 signes de ponctuation, soit une dizaine de lignes. 

La grammaire, ennemie des écoliers 

Nous le savons bien, l'apprentissage de la grammaire française est loin d'être évident. L'étude de l'Education Nationale le confirme avec cette étude puisque l'essentiel des difficultés des élèves provient de la non application des règles grammaticales. Alors que 9 élèves sur 10 écrivent correctement des substantifs tels que "soir", "chien" ou "maison", seuls 25,7% ont accordé correctement au pluriel l'adjectif "inquiets". En 1987, ils étaient 43,6% à bien appliquer cette règle. L'accord sujet-verbe pose également de gros soucis à nos écoliers. 

Tous les milieux sociaux sont concernés

Même si "le nombre d'erreurs moyen (est) plus faible chez les élèves issus d'un milieu social plus favorisé", l'étude indique que le niveau d'orthographe a baissé pour tous les milieux sociaux. En effet, les enfants de "cadres et professions intellectuelles supérieures" font en moyenne 2 fois plus d'erreurs en 2015 qu'en 2007 (13,2 contre 6,6). Les enfants d'ouvriers, eux, font environ 19,2 erreurs en 2015 contre 17,4 en 2007.

L'étude a également pu constater que les élèves les plus en difficulté concernant la dictée le sont également en lecture. 

Du changement avec les nouveaux programmes ?

Etant donné que l'étude portait sur des élèves de CM2 durant l'année scolaire 2015, c'est-à-dire des enfants ayant commencé l'école primaire en 2010, avant l'entrée en vigueur des nouveaux programmes de français (mis en place lors de cette rentrée 2016), nous ne pouvons pas encore savoir si le niveau en français des élèves changera de manière significative ou non. "Grâce à la recherche scientifique, ces nouveaux programmes ont été pensés pour être plus cohérents, plus progressifs, et surtout mettre véritablement l'accent sur l'apprentissage et la consolidation du français", a déclaré la ministre de l'Education Nationale Najat Vallaud-Belkacem

 

Décourez la fameuse dictée dont il était question :

" Le soir tombait. Papa et maman, inquiets, se demandaient pourquoi leurs quatre garçons n’étaient pas rentrés.

- Les gamins se sont certainement perdus, dit maman. S’ils n’ont pas encore retrouvé leur chemin, nous les verrons arriver très fatigués à la maison.

- Pourquoi ne pas téléphoner à Martine ? Elle les a peut-être vus !

Aussitôt dit, aussitôt fait ! À ce moment, le chien se mit à aboyer. "

Tags: