Vigile : le très beau premier roman d'Hyam Zaytoun

Vigile Hyam Zaytoun
Vigile, Hyam Zaytoun (Édition Le Tripode, janvier 2019)

Vigile commence presque­ comme une comédie : après une banale dispute de couple dans la cuisine, la jeune femme se couche seule après le dîner. Quelques heures plus tard, au milieu de la nuit, son mari semble se moquer d’elle : Tu fais le malin, je crois. C’est une blague, ce vrombissement de bouche. Ce jeu étrange que tu fais au milieu de la nuit. Serait-ce que je ronfle et tu te moques ? (1) La narratrice allume alors la lumière et découvre que l’homme qu’elle aime est en arrêt cardiaque.

Hyam Zaytoun est comédienne. Diplômée du conservatoire national supérieur d’art dramatique, elle est apparue plusieurs fois au cinéma et a récemment tourné dans la série d’espionnage The Spy. Également scénariste, la primo-romancière avait envie d’écrire un livre depuis longtemps.

Cette femme est un avatar de moi-même (2)

Vigile est le récit du drame vécu par l’auteure il y a cinq ans et « […] cette histoire était suffisamment extraordinaire pour qu’évidemment elle s’impose... » (2) Mais, en dépit des similitudes entre sa vie et celle de la narratrice, les protagonistes de Vigile demeurent des personnages de fiction et le livre un roman.

Dès l’écriture des premières lignes, le tutoiement s’impose pour Hyam Zaytoun. « Je n’avais pas envie d’écrire un livre à la première personne mais plutôt envie d’écrire un livre à cette personne. » (2)

Coma Vigile

À la suite de son arrêt cardiaque, l’homme se retrouve dans le coma ; un coma vigile dans lequel le patient n’est pas totalement inconscient. Au fil des jours (l’histoire se déroule sur à peine une semaine), la narratrice veille sur son époux comme un(e) vigile et cherche les mots pour lui parler. Comédienne, les mots ont toujours eu une grande importance pour la jeune femme, mais comment parler dans ce genre de situation ?

Qu’il soit issu de la réalité ou de la fiction, Vigile est un très beau premier roman, intime et pudique à la fois, en lice pour le Grand Prix des Lectrices et des Lycéennes de ELLE. (3)

Découvrez un premier extrait ! 

« L’oxygène te quitte peu à peu, je le vois à ton front, à ton visage qui perd sa couleur. Je donne mon poids dans ta poitrine, continue de t’appeler.

Reviens mon amour.

À l’autre bout du fil, la voix me dit :

— Vous continuez. Je n’ai pas le droit de flancher puisque je sais quoi faire.

Le temps passe, il faut qu’ils arrivent vite, les pompiers. Alors, le geste, le geste, le geste qui sauve, répétitif. Il fait passer ma peur, occupe mon énergie, tout entière dans mes mains, dans mon dos qui s’incline, près de toi, en rythme…

Je vois les minutes s’égrener sur le téléphone et les pompiers n’arrivent pas.

Le découragement, immense […] Ta vie précieuse entre mes mains, mon chéri, c’est tellement difficile…

(Extrait p 14-15)

 

 

(1) Extrait roman, p 12 ; (2) extrait interview France culture ; (3) source des éditions Le tripode