Focus sur "La rue des Juifs" de Guy Cimper

Guy Cimper, "La rue des Juifs", éditions Le Calvaire - DR

Guy Cimper fait partie de cette génération d'écrivains qui savent encore nous faire tout à la fois voyager, rêver et réfléchir. Né à Fort-de-France, il partage son temps entre la France métropolitaine et sa terre natale. Il a été professeur de lettres en lycée et est passionné depuis toujours par la littérature. La Rue des Juifs est son premier roman, paru aux éditions du Calvaire en 2018. Le deuxième ne devrait pas tarder à paraître. Guy Cimper travaille actuellement à l'élaboration de son troisième livre. 

Une plongée en plein coeur des abysses de l'inconscient 

Mais qu'est donc devenue la jolie Eva? C'est la question que se pose Benoît, le narrateur de ce récit captivant. Voilà des années qu'il ne l'a pas revue mais elle continue toujours à hanter ses jours et ses nuits, ressuscitant de brûlants souvenirs. La passion qu'il nourrit pour elle n'a pas décru. Un jour, il redécouvre un objet appartenant au passé et qui le lie intimement à la jeune fille. C'est alors qu'avec les souvenirs ses vieux démons resurgissent. Le lecteur va ainsi assister à une plongée en plein coeur des abysses de l'inconscient et des émotions du narrateur, qui cherche à comprendre ses actes d'antan, pour se libérer du fardeau du passé, un thème très présent dans cette oeuvre. Il n'a pas su trouver le mot, le geste qui auraient pu l'unir à Eva et cela semble encore impossible. Chez Benoît le souvenir et le rêve se confondent parfois dans l'aspiration à un paradis perdu, celui d'Eva. Et c'est la quête obsessionnelle de la femme idéale qu'il croit avoir perdue à jamais. Cependant il est partagé entre son amour pour Eva et la séduction que déploient Laurence ou Christèle, jeunes femmes très sensuelles, pour le faire succomber, sans trop d'efforts d'ailleurs. Il n'essaie pas de se libérer du sentiment de culpabilité qui l' habite depuis, mais il assumera jusqu'au bout toutes ses fautes.

Ainsi le narrateur se livre à des confidences très intimes mais avec une pudeur délicate. Le récit suscite une grande charge émotionnelle

Un regard neuf sur notre société 

Les descriptions, qui parfois prennent une valeur poétique et même symbolique (la forêt, le studio du narrateur, le restaurant, la véranda...), ne sont jamais un obstacle à la lecture, mais elles contribuent à créer une interaction entre le cadre et les personnages. Elles sont une clé de leur personnalité. Certaines participent à l'exotisme qui souvent se dégage du récit.

L'auteur de La Rue des Juifs porte un regard neuf sur notre société et nous fait, par là même, réfléchir. En effet, le récit se déroule sur une toile de fond historique. On assiste parfois à quelques épisodes, reconstitutions de certains événements contemporains. Plusieurs thèmes y sont abordés: le racisme, le malaise social, la révolte populaire...

En définitive, La Rue des Juifs est un récit singulier dans lequel on peut sentir un battement de coeur tout en retrouvant certains événements ayant marqué notre époque. 

Une belle révélation que nous vous recommandons avec plaisir. 

Découvrez un premier extrait !

Si bien qu’au début du mois de juin, quand la nouvelle explosa à mes oreilles, je demeurai abasourdi, sans réaction: le père d’Eva avait eu l’assurance qu’il était attendu à Toulouse. Il assurait la sous-traitance d’une importante entreprise. J’étais resté là à regarder Eva qui m’avait annoncé cela alors qu’on venait de s’asseoir à table. Sa voix morne trahissait sa tristesse. Ses yeux, dont l’expression me donnait envie de la serrer dans mes bras pour la consoler, fixaient les miens. Elle guettait ma réaction. Elle dut lire de l’abattement dans mon regard. [...] J’eus le maudit réflexe de vouloir dissimuler ce désarroi qui me trahissait, de vouloir lutter contre cette tension de tout mon être qui, tout en me poussant à lui dire combien en partant elle m’arracherait le cœur, s’effrayait de ce qui aurait été une incroyable audace. Et, la mort dans l’âme de mon abominable bêtise, je ne pus que dire: « Quelle surprise! »