Focus sur "La masculine" de Laurence Qui-Elle

La masculine Laurence Qui-Elle
DR

A l’aune des commentaires sur les réseaux sociaux, on ne sait pas trop pourquoi on aurait envie de lire La masculine : digne de l’Oulipo ? Ah non, c’est du George Orwell. Et les femmes en prendraient plein leur grade : Laurence Qui-Elle fauterait par misogynie.

L'Humanité démiurge paie sa dette sanguinaire

Alors, lisons ce Prix Science-Fiction de la Journée du Manuscrit Francophone 2018 (www.leseditionsdunet.com). L’exercice de style est joliment cohérent : plus d'hommes, plus de vocabulaire masculin à disposition. La masculine de Laurence Qui-Elle est écrite exclusivement au féminin : "Cette peste inconnue avait réglé sa faux sur la vie corporelle en tranchant également une partie de l’intelligence." Messieurs, soyez ravis : vous n'êtes donc pas qu'un sexe et des jambes poilues ! Seulement, vous avez fauté. Pas pour ce que vous croyez : «L’humanité démiurgique ne comprend toujours pas que les bêtes ressentent la peur, la douleur, la colère… Alors l’intelligence animale se réveille (…) Elle convoque la bactérie en la suppliant de vider les populations humaines de leurs vilaines humeurs…  . » Et voilà ! « … La maladie oblige l’humanité à rembourser sa dette sanguinaire. » Or, c'est vous qui aimez la viande. Le dernier specimen de votre genre vient d'en laisser sa peau à La Pitié-Qui-Pétrit.

Laurence Qui-Elle applique ainsi à escient la logique de l’Oulipo. Et nous ne sommes pas dans une contrée reculée, mais à Paris, nombril de l'intellect, ne dites pas le contraire : la Tour-F-Elle, Notre-Dame qui n’a pas (encore) brûlé mais est devenue une champignonnière (une idée à souffler pour y préserver l'humidité ?), la station Sainte-Michèle, l’avenue de la Grande-Désarmée. Et c’est la chienlit, mot qui n’a pas eu besoin d’être féminisé : l’électricité a des coupures, les poubelles s’entassent dans la ville qui a du mal à s’approvisionner.  C’est là, que l’auteure a été taxée de misogynie : il y a des femmes ingénieurs ! Oui, oui. Mais surtout, Paris symbolise irréformablement la quintessence du must : façon égotique et donc plus efficace que de décrire la si peu parisienne biodiversité. Quant au sexisme, l’auteure est donc sans ambiguïté.

 

"Si nous-les-femmes continuions à bouffer de la viande, nous-les femmes allions pourrir par les entrailles"

 

Alors, si on peut avoir du mal (pas longtemps)  à entrer dans La masculine, ce n’est pas par hasard : ce monde féminin n'est pas une sinécure. Les femmes entre elles, on sait ! Et puis on y entre d’autant, que La masculine est écrite à la première personne, prénommée la K. Elle travaille chez Femmes à plumes (équivalent de l’AFP) et couvre avec cette manipulatrice de Glicke, le discours inaudible du triumvirat féminin, Gyn, Fem et Magna, qui dirige la France. Symboliquement aussi, les figures attachantes sont des madame tout-le-monde : la mère de la K, qui tient une herboristerie philosophique et milite contre la consommation de viande, en collant des affiches sur les "devantures bouchères avoisinantes avec la conviction que si nous-les-femmes continuions à bouffer de la viande, nous-les femmes allions pourrir par les entrailles." Même motif, même punition : la voilà, l'égalité ! Une mère en tous les cas, «convaincue que l’existence humaine, privée des masculines se tournerait en une infirmité dégoûtante.» Quant à sa scientifique de grand-mère, "après trente années de recherche, elle avait réussi à restituer des qualités embryonnaires à de la masse cellulaire."

Alors, comment sauver l'Humanité ? La clef réside dans le titre, La masculine : faire renaître le mâle. C’est là, que la fiction tourne, à notre goût, un peu court : c’est bien, sauf que tout le volet écologique fort bien développé, n’est pas résolu. Ni la réforme d'une façon de penser qui s’entête, pourtant très bien décrite aussi. On aurait bien aimé que l’auteure, à l'évidence non privée d’imagination, nous donne des pistes. Mais peut-être a-t-elle plus d’un livre à venir dans son sac. En tous les cas, aimé ou pas, La masculine ? Oui.  

 

Pour aller plus loin...

> Focus sur Les Victorieuses de Laetitia Colombani

> Explorez notre rubrique Lecture