10 prénoms courants inventés par des écrivains

prénoms inventés par des écrivains
© Pixabay

Qu'est-ce qu'un prénom sinon une jolie combinaison de lettres inventée pour être prononcée chaque jour ? Parce qu'il n'y a pas de limite à l'imagination, de nombreux grands écrivains ont préféré inventer un prénom encore jamais entendu pour rendre leur personnage de fiction unique, exceptionnel. Tout droit sortis de leur esprit, ces prénoms sont pourtant devenus courants et nous pouvons les entendre aux quatre coins du monde sans forcément savoir qu'ils furent d'abord portés par des êtres de papier. 

 

Pénélope, la fidèle épouse d'Ulysse dans L'Odyssée d'Homère

L'odyssée Homère

Porté par nombre de femmes en France, le prénom Pénélope prend sa source dans L'Odyssée d'Homère. Véritable héroïne, cette fidèle épouse ne manque pas de vertus : elle tient tête aux prétendants voulant qu'elle se remarie durant l'absence d'Ulysse, protège son fils Télémaque et fait preuve de prudence et de ruse pour s'assurer, au retour d'Ulysse, que ce dernier est bien son époux. De quoi rendre toutes les Pénélope fières de leur prénom ! 

 

Olivia, la comtesse de Shakespeare dans La nuit des rois 

Le prénom Olivia figure aujourd'hui dans le top 50 des prénoms les plus populaires donnés en France. Si doux à prononcer, ce joli nom a été imaginé par William Shakespeare en personne pour la comtesse de sa comédie La nuit des rois (Twelfh night). Celle-ci doit épouser, selon la volonté de son oncle, un personnage grotesque alors même qu'Olivia est éprise de quelqu'un d'autre. L'occasion pour nous de découvrir cette pièce peu connue du grand Shakespeare. 

 

Cédric, le héros médiéval de Walter Scott dans Ivanhoe

Ivanhoe Walter Scott

L'écrivain écossais mort en 1832 n'a pas choisi un prénom typique du Moyen-Âge pour le père d'Ivanhoe, personnage éponyme du roman. Il s'est en fait basé sur le prénom anglo-saxon Cerdic et a inversé la deuxième consonne avec la troisième. As you want, Walter ! 

 

Ophélie, l'héroïne tragique de Shakespeare dans Hamlet

Hamlet Shakespeare

C'est un bien sombre destin que Shakespeare réserve à Ophélie dans sa tragédie si célèbre, Hamlet. La pauvre jeune femme est délaissée par son amant (Hamlet) et voit son père assassiné par celui-là même qu'elle aimait tant. Prise de folie, elle meurt sans que l'on sache s'il s'agit d'un suicide ou d'un simple accident. Malgré son triste sort, le personnage a eu droit à un prénom encore jamais entendu par les contemporains de Shakespeare, un prénom d'une beauté incontestable apparu en France dans les années 1960 et qui n'a jamais disparu depuis. 

 

Vanessa, l'amante du poème Cadenus et Vanessa de Jonathan Swift

Cadenus et Vanessa

L'auteur du Voyage de Gulliver ne faisait pas seulement dans les récits d'aventure. "Cadenus et Vanessa" est un poème dans lequel figure pour la première fois ce prénom féminin. La raison ? Il surnommait ainsi son amie Esther Vanhomrigh, reprenant le début de son nom de famille pour le mêler au début de son prénom et en faire Vanessa. Visiblement satisfait de sa trouvaille, il extrapola ce nom dans l'une de ses oeuvres littéraires. Une anecdote incroyable quand on pense au nombre phénoménal de Vanessa dans le monde aujourd'hui... 

 

Dorian, le beau dandy d'Oscar Wilde dans Le Potrait de Dorian Gray

Le portrait de Dorian Gray

S'inspirant d'un des principaux groupes ethniques de la Grèce antique, à savoir les Dorians, Oscar Wilde a choisi le prénom Dorian pour son personnage si énigmatique. Or ce nom n'avait encore jamais été utilisé en tant que prénom en 1890. Les parents connaissant le sort de ce personnage, éternellement beau et jeune en apparence mais vilain sur un tableau, pourraient hésiter à appeler leur fils Dorian. Et pourtant, nombre d'entre eux ne résistent pas à la beauté de ce prénom si singulier. 

 

Paméla et Stella, des prénoms tirés de deux poèmes signés Sir Philip Sidney

Sir Philip Sidney

Même si c'est le roman Pamela de Samuel Richardson qui a vraiment donné son coup d'envoi au prénom, celui-ci apparaît pour la première fois dans le poème "Arcadia" de Sir Philip Sidney. Le poète a également trouvé le joli prénom de Stella, employé dans son poème "Astrophil et Stella". Sans rien enlever de son mérite, précisons que Sir Philip Sidney était un bon latiniste et qu'il a choisi ces noms pour leur signification, Pamela voulant dire "Faite de miel" et Stella "l'étoile". 

 

Jessica, la jeune femme juive de Shakespeare dans Le marchand de Venise

Le marchand de Venise

Eh oui, encore Shakespeare ! Le plus célèbre des dramaturges anglais ne manquait jamais d'idées de prénoms novateurs, et c'est celui de Jessica qu'il a choisi pour son héroïne juive. Ce nom est issu de l'hébreu Yishay, que l'on retrouve sous la forme d'Yiskah dans la Genèse. Voulant angliciser ce prénom, Shakespeare l'a modelé jusqu'à ce qu'il obtienne Jessica. Et le voilà aujourd'hui parmi les prénoms les plus portés dans le monde ! 

 

Thelma, l'héroïne éponyme du roman de Marie Corelli

Thelma Marie Corelli

Publié en 1887, le roman Thelma de l'auteure britannique Marie Corelli a connu un grand succès dans les pays anglophones. Dès 1891, le prénom de l'héroïne est donné en Angleterre et aux Etats-Unis. C'est bien plus tard qu'il arrive en France, et il reste encore peu porté aujourd'hui. Une idée de prénom doux et original pour la future génération. 

 

La liste est bien-sûr non exhaustive : nous pourrions encore citer d'autres prénoms - peu courants en France -  tels que Wendy (Peter Pan de JM Barrie), Miranda (La Tempête de Shakespeare) ou encore Evelina (roman éponyme de Fanny Burney). Les prénoms inventés par George R.R Martin dans sa saga Game of Thrones deviennent également très à la mode aux Etats-Unis. Des centaines de Khaleesi y ont fait leur apparition et une petite Khaleesi est même née en Haute-Savoie en 2013, ce qui a aussitôt fait polémique. Ces prénoms de série télévisée deviendront-ils de grands classiques d'ici quelques décennies ? La question se pose. 

 

Source : Bustle

 

Pour aller plus loin...

> 6 prénoms littéraires géniaux, mais impossibles à porter 

> Témoignage : "Je porte un nom d'écrivain"