Shakespeare est-il toujours dans sa tombe ? (Vidéo)

Le 9 novembre dernier, France 5 a diffusé un documentaire très intriguant sur "La mystérieuse tombe de Shakespeare". Le plus grand dramaturge britannique est décédé de mort inconnue au printemps 1616, soit exactement 400 ans plus tôt. Nous ne savons que très peu de choses sur l'homme que fut Shakespeare. Plusieurs historiens et archéologues ont mené leur enquête et tenté d'éclairer quelque peu le mystère que représente la mort de Shakespeare. 

Une épitaphe très étrange

La sépulture de Shakespeare est visible à l'église de la Sainte Trinité, dans une paroisse des Midlands, en Angleterre. Le célèbrissime auteur y est enterré avec sa femme et quelques membres de sa famille.

Sur son épitaphe, on peut lire : « Mon cher ami, pour l’amour de notre sauveur, abstiens-toi de creuser la poussière déposée sur moi. Béni soit l’homme qui épargnera ces pierres, mais maudit soit celui violant mon ossuaire. »

Cet avertisssement nous donne des frissons et alimente beaucoup de rumeurs depuis des siècles. Cependant le vol de crânes célèbres contre un gros butin était un phénomène extrêmement répandu à l'époque de Shakespeare et nous sommes en droit de nous demander si ce dernier a connu ou non le même sort que Mozart, Swift et tant d'autres génies dont les tombes furent pillées. 

L'ossuaire, un thème cher à Shakespeare

La thématique de l'ossuaire est omniprésente dans la littérature de Shakespeare, ce qui tend à augmenter les questionnements, les rumeurs et les soupçons concernant son propre squelette. Dans Romeo et Juliette, sa célèbre héroïne n'a-t-elle pas envisagé elle aussi de se retrouver piégée dans un ossuaire ? Ce rappel d'Helen Castor nous laisse songeurs. 

Des découvertes à propos de sa tombe

Grâce aux nouvelles technologies, les chercheurs ont pu relever plusieurs éléments très curieux sur l'intérieur de la tombe. Une dalle trop petite pour une tombe (un mètre seulement), aucun métal à l'intérieur et plusieurs autres étrangetés de la sorte ont été constatées. Les théories de l'enquête restent néanmoins abstraites puisque l'Eglise refuse d'ouvrir la tombe, fidèle aux dernières volontés de Shakespeare expréssément inscrites sur sa dalle.