Saint-Valentin : les mots doux des écrivains

Saint-Valentin mots doux des écrivains
© Pixabay

Aaah l’amour… (Soupir !) What else ? Une légende dit que chacun de nous sur terre est une « moitié d’orange », et passe sa vie à rechercher son autre moitié afin d’être complet. Alors forcément, c’est LA grande d’affaire, sujet de prédilection des œuvres littéraires. Nous vous proposons un aperçu des missives postées par nos femmes et hommes de lettres éperdus d’amour… Si vous êtes en panne d’inspiration, n’hésitez pas à glaner ici ou là quelques idées de message à l’attention de l’élu(e) de votre cœur !

Avis aux coeurs d'artichaut

Paul Eluard reste amoureux de Gala, même après la rupture et 15 ans de vie commune... Ca, c'est l'amour noble et pur !
Ma belle, mon adorée, je m’ennuie de toi à mourir. Tout est vide, je n’ai que tes vêtements à embrasser. Ton corps, tes yeux, ta bouche, toute ta présence me manquent. Tu es la seule, je t’aime de toute éternité. Toutes les détresses que j’ai subies ne sont rien. Mon amour, notre amour les brûle. Quand tu reviendras, je veux te parer merveilleusement. Donne-moi la taille pour les pyjamas (!!!). Je veux pour toi tout ce qu’il est possible d’avoir, tout ce qu’il y a de plus beau. Reste le moins longtemps possible absente. Reviens vite. Sans toi, je ne suis plus rien. Tous les autres désirs je les réalise en rêve. Le désir que j’ai de toi, je le réalise dans la réalité. Il absout la réalité. Gala, mon dorogoï, ma toute aimée, depuis toujours, reviens le plus vite possible. Rien ne vaut que nous nous privions ainsi l’un de l’autre. Ici tout va bien, malgré ma tristesse. 

Stop aux surnoms niais

Dans Mademoiselle Fifi, Maupassant fait dire à l'amant de Sophie qu'il ne supporte plus d'être appelé "mon beau coq", "mon gros chien" et autre "gros lapin" dans les moments d’intimité. A bon entendeur...
Si tu avais été sourde et muette, je t’aurais sans doute aimée longtemps, longtemps. Le malheur vient de ce que tu parles, voilà tout. Car tu m’as donné successivement tous les noms d’animaux et de légumes que tu as trouvés sans doute dans La Cuisinière bourgeoise, Le Parfait jardinier et Les Eléments d’histoire naturelle à l’usage des classes inférieures.

Le message qui donne envie de la plaquer

Juliette Drouet écrit à son "Toto adoré" :

N’est-ce pas que tu m’aimes ? N’est-ce pas que je te suis nécessaire ? N’est-ce pas que ta vie est attachée à la mienne comme la mienne à toi ? N’est-ce pas que tu m’es bien fidèle et que je suis folle d’en douter ? 

Devinette amoureuse

Peu après sa rupture avec Georges Sand, Alfred de Musset est très affecté mais il rencontre Caroline Jaubert, belle femme de lettres. Dans sa correspondance, il ne manque pas d’imagination pour créer des acrostiches ou n’écrire que la première lettre des mots :

Et voilà ce qui m’arrive. J.s.a.f.d.v.

Traduction… On vous laisse deviner !

Amoureux ET champion de grammaire

La palme revient à Sade, qui maîtrise parfaitement son imparfait du subjonctif et écrit dans Les crimes de l’amour :

Il faudrait que je cessasse de vivre pour cesser de vous aimer.

La vérité sort de la bouche... des écrivains

Sacha Guitry, un brin lucide, l'affirme :

Pour aimer une femme, il ne suffit pas qu'elle nous plaise, il faut que toutes les autres aient cessé de nous plaire.

Lettre d'amour et d'adieu 

Hum, sans transition… Avant de se suicider en se noyant dans une rivière, les poches pleines de pierres, Virginia Woolf dit adieu à son mari, lui assurant ses sentiments et le délivrant d'une probable culpabilité.

Mon bien cher, je suis certaine d'être en train de redevenir folle. Cette fois je ne m'en sortirai pas. Alors, je vais faire ce qui semble être la meilleure chose à faire. Tu m’as offert le plus grand bonheur possible. Tu as été à tous les égards tout ce que quelqu'un peut être. C'est à toi que je dois tout le bonheur de ma vie. Tu as été d’une patience absolue et d’une incroyable bonté avec moi. Je ne pense pas que deux êtres auraient pu être plus heureux que nous l’avons été.

Enchaînons, enchaînons sur une note plus légère !

Messages torrides

Nos écrivains sont des coquins. Attention, écartez les enfants !

Apollinaire, même chaud bouillant, reste poétique dans ses lettres à Lou. Ses fiévreux poèmes prenaient la forme de calligrammes, épousant parfois les traits de sa dulcinée ou d'un coeur percé d'une flèche.

Le vagin royal où bouillonne la cyprine voluptueuse que tu me prodigues ô chéri et d’où s’épanche l’or en fusion de ton pipi mignon, l’anus plissé et jaune comme un Chinois où pénétrant je t’ai fait crier de douleur âcre, la bouche adorable où ta salive a le goût des fruits que j’aime le mieux, les deux narines où j’ai mis ma langue et qui ont une saveur salée délicieusement délicate et ces deux oreilles si chaudes, si nerveuses. Les neuf portes de ton corps sont les entrées merveilleuses du plus beau, du plus noble palais du monde. Que je l’aime ma chérie. J’oubliais tes deux yeux chauds et salés comme la mer et plus profonde que ses gouffres. Neuf portes, ô mes neuf muses, quand vous entrouvrirai-je encore ?

A classer elle aussi dans le genre torride, George Sand, limite gourgandine, est inventive s’agissant d’écrire à Alfred de Musset. Veillez chers lecteurs à ne lire qu’une ligne sur deux si vous souhaitez saisir toute la portée érotique de ce message... 

Je suis très émue de vous dire que j'ai
bien compris l'autre soir que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir aussi
vous dévoiler sans artifice mon âme
toute nue, venez me faire une visite.
Nous causerons en amis, franchement.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l'affection
la plus profonde comme la plus étroite
en amitié, en un mot la meilleure preuve
dont vous puissiez rêver, puisque votre
âme est libre. Pensez que la solitude où j'ha-
bite est bien longue, bien dure et souvent
difficile. Ainsi en y songeant j'ai l'âme
grosse. Accourrez donc vite et venez me la
faire oublier par l'amour où je veux me
mettre.

 

On espère que ces mots doux d'écrivains vous auront bien divertis ! 

 

Pour aller plus loin...

> Découvrez toutes nos Anecdotes insolites

> Explorez notre rubrique Lecture