Rentrée littéraire 2017 : notre sélection

Rentrée littéraire 2017
© Parema via Istock

Comme toujours, la mi-août marque le coup d'envoi de la rentrée littéraire de septembre et celle de 2017 s’annonce encore très riche. Comment choisir parmi les 581 récits sur le point de paraître ? Notre équipe de rédacteurs vous propose une sélection de 20 romans qui font vraiment envie. Nous avons tâché de trouver le juste équilibre entre les têtes d’affiche, les nouveaux auteurs, les éditeurs, les thèmes… Voici donc les 20 fictions tant attendues. 

Frédéric Aribit, Le mal des ardents (Belfond)

le mal des ardents

Le résumé : On ne rencontre pas l'art personnifié tous les jours. Elle est violoncelliste, elle dessine, elle peint, fait de la photo. Elle s'appelle Lou. Lorsqu'il tombe sur elle, par hasard, à Paris, c'est sa vie entière de prof de lettres désenchanté qui bascule et, subjugué par ses errances, ses fulgurances, il se lance à la poursuite de ce qu'elle incarne, comme une incandescence portée à ses limites. Mais le merveilleux devient étrange, et l'étrange inquiétant : Lou ne dort plus, se gratte beaucoup, semble en proie à de brusques accès de folie. Un soir, prise de convulsions terribles, elle est conduite à l'hôpital où elle plonge dans un incompréhensible coma. Le diagnostic, sidérant, mène à la boulangerie où elle achète son pain. Quel est donc ce mystérieux « mal des ardents » qu'on croyait disparu ? Quel est ce « feu sacré » qui consume l'être dans une urgence absolue ? Il va l'apprendre par contagion. Apprendre enfin, grâce à Lou, ce qu'est cette fièvre qui ne cesse de brûler, et qui s'appelle l'art.

Ce qui nous fait envie : Quand l’art rencontre la folie, l’être humain en sort rarement indemne… Et nombreux sont les artistes qui ont souffert de ce « mal des ardents » dont l’auteur parle ! Etonnant que personne n’ait pensé à donner un nom à cette maladie du génie jusqu’à maintenant. Frédéric Aribit a remédié à cela en nous offrant ce roman à la couverture enflammée.

Sortie prévue le 17 août 2017.

Nathan Hill, Les fantômes du vieux pays (Gallimard)

les fantomes du vieux pays

Le résumé : Scandale aux États-Unis : le gouverneur Packer, candidat à la présidentielle, a été agressé en public. Son assaillante est une femme d'âge mûr : Faye Andresen-Anderson. Les médias s’emparent de son histoire et la surnomment Calamity Packer. Seul Samuel Anderson, professeur d’anglais à l’Université de Chicago, passe à côté du fait divers, tout occupé qu’il est à jouer en ligne au Monde d'Elfscape. Pourtant, Calamity Packer n’est autre que sa mère, qui l’a abandonné à l’âge de onze ans. Et voilà que l’éditeur de Samuel, qui lui avait versé une avance rondelette pour un roman qu’il n’a jamais écrit, menace de le poursuivre en justice. En désespoir de cause, le jeune homme lui propose un nouveau projet : un livre révélation sur sa mère qui la réduira en miettes. Samuel ne sait presque rien d’elle ; il se lance donc dans la reconstitution minutieuse de sa vie, qui dévoilera bien des surprises et réveillera son lot de fantômes. 

Ce qui nous fait envie : L’auteur traite de l’Amérique d’aujourd’hui en n’oubliant pas d’évoquer les événements marquants de son histoire : émeutes de Chicago en 1968, attentats du 11 septembre à New York… De quoi nous faire réviser nos connaissances sur ce « vieux pays » à travers une écriture fluide et percutante qui ne manque pas d’humour, selon les critiques déjà présentes sur Babelio. 

Sortie prévue le 17 août 2017.

Clément Benech, Un amour d'espion (Flammarion)

un amour d'espion

Le résumé : « Au fond, j’ai l’impression que nous ne sommes plus que des Marco Polo parodiques », autant dire de simples touristes. C’est le constat un brin désenchanté que cet étudiant en géographie partage avec son amie Augusta au détour d’une conversation Facebook. Il n’en faut pas plus à la jeune femme, fraîchement débarquée aux États-Unis, pour lui proposer le plus fou des séjours, un « voyage à dessein ». Direction : New York, où Augusta l’attend pour percer à jour l’identité de son petit ami, rencontré via une application pour smartphone. Pourquoi ce critique d’art venu de Roumanie se fait-il inlassablement accuser de meurtre par un internaute anonyme ? C’est ici que commence la filature de notre apprenti détective, qui n’est peut-être pas le seul à suivre la piste du mystérieux Dragan.

Ce qui nous fait envie : À l’ère des rencontres sentimentales virtuelles et de l’espionnage amoureux, cette histoire nous semble bien facétieuse et pleine de péripéties.

Sortie prévue le 23 août 2017.

Joël Baqué, La fonte des glaces (P.O.L)

la fonte des glaces

Le résumé : Louis, un retraité taciturne, ancien charcutier, veuf à la vie tranquille et ordonnée,  devient malgré lui une icône planétaire de l’écologie au terme d’un parcours commencé dans une brocante – où il découvre un manchot empereur pour lequel il va éprouver un irrésistible coup de foudre – qui se poursuit en Antarctique, puis dans le grand Nord et se termine dans le port de Toulon où Louis, juché sur un iceberg transporté là à grands frais par un fabricant de boissons à base de glace polaire fondue, devient un plaidoyer vivant, et contradictoire, contre la fonte de la banquise.

Ce qui nous fait envie : Le côté délirant, drôle et poétique de cette histoire. Joël Baqué nous propose un troisième roman encore très prometteur.

Sortie prévue le 17 août 2017.

Emily Fridlund, Une histoire des loups (Gallmeister)

une histoire des loups

Le résumé : Madeline, adolescente un peu sauvage, observe à travers ses jumelles cette famille qui emménage sur la rive opposée du lac. Un couple et leur enfant dont la vie aisée semble si différente de la sienne. Bientôt, alors que le père travaille au loin, la jeune mère propose à Madeline de s’occuper du garçon, de passer avec lui ses après-midi, puis de partager leurs repas. L’adolescente entre petit à petit dans ce foyer qui la fascine, ne saisissant qu’à moitié ce qui se cache derrière la fragile gaieté de cette mère et la sourde autorité du père. Jusqu’à ce qu'il soit trop tard.

Ce qui nous fait envie : Le mystère qui semble planer… D’autant que ce roman d’Emily Fridlund est déjà un best-seller aux Etats-Unis et qu’il est unanimement acclamé par la critique.

Sortie prévue le 17 août 2017.

Orhan Pamuk, Cette chose étrange en moi (Gallimard)

cette chose étrange en moi

Le résumé : Comme tant d’autres, Mevlut a quitté son village d’Anatolie pour s’installer sur les collines qui bordent Istanbul. Il y vend de la boza, cette boisson fermentée traditionnelle prisée par les Turcs. Mais Istanbul s’étend, le raki détrône la boza, et pendant que ses amis agrandissent leurs maisons et se marient, Mevlut s’entête. Toute sa vie, il arpentera les rues comme marchand ambulant, point mobile et privilégié pour saisir un monde en transformation. Et même si ses projets de commerce n’aboutissent pas et que ses lettres d’amour ne semblent jamais parvenir à la bonne destinataire, il relèvera le défi de s’approprier cette existence qui est la sienne. 

Ce qui nous fait envie : L’actualité d’Istanbul est désolante… Heureusement le grand Orhan Pamuk est là pour continuer à nous faire aimer cette ville splendide. 

Sortie prévue le 17 août 2017.

Anne et Claire Berest, Gabriële (Stock) 

gabriele

Le résumé : Septembre 1908. Gabriële Buffet, femme de 27 ans, indépendante, musicienne, féministe avant l’heure, rencontre Francis Picabia, jeune peintre à succès et à la réputation sulfureuse. Il avait besoin d’un renouveau dans son œuvre, elle est prête à briser les carcans : insuffler, faire réfléchir, théoriser. Elle devient «  la femme au cerveau érotique  » qui met tous les hommes à genoux, dont Marcel Duchamp et Guillaume Apollinaire. Entre Paris, New York, Berlin, Zürich, Barcelone, Étival et Saint-Tropez, Gabriële guide les précurseurs de l’art abstrait, des futuristes, des Dada, toujours à la pointe des avancées artistiques. Ce livre nous transporte au début d’un xxe  siècle qui réinvente les codes de la beauté et de la société.

Ce qui nous fait envie : Un roman biographique écrit à quatre mains et raconté par les arrière-petites-filles de Gabriële Buffet-Picabia, voilà déjà de quoi nous intriguer ! Avec Gabriële, les deux jeunes écrivaines nous font remonter le temps en nous emmenant dans le cercle des artistes français du XXe siècle.

Sortie prévue le 23 août 2017.

Erwan Lahrer, Le livre que je ne voulais pas écrire (Quidam)

le livre que je ne voulais pas écrire

Le résumé : Je suis romancier. J’invente des histoires. Des intrigues. Des personnages. Et, j’espère, une langue. Pour dire et questionner le monde, l’humain. Il m’est arrivé une mésaventure, devenue une tuile pour le romancier qui partage ma vie : je me suis trouvé un soir parisien de novembre au mauvais endroit au mauvais moment ; donc lui aussi.

Ce qui nous fait envie : L’attentat du Bataclan est un thème abordé en cette rentrée littéraire. Ce roman-témoignage nous rappelle que la littérature est aussi là pour dire l’indicible et nous rappeler, par devoir de mémoire, l’horreur de cette nuit...

Sortie prévue le 24 août 2017.

Sophie Fontanel, Une apparition (Robert Laffont)

une apparition

Le résumé : Et si tout ce qu'on racontait sur les cheveux blancs était faux ? Et si ces monceaux de teinture, sur des millions de chevelures, aux quatre coins de la planète, cachaient en fait une beauté supplémentaire que les femmes pourraient prendre avec le temps, beauté immense qui les sauverait de bien des angoisses, de bien de servitudes ? C'est en partant de cette intuition que Sophie Fontanel, un soir d'été, décide d'arrêter les colorations et de regarder pousser ses cheveux blancs. Comme elle est écrivain, elle en fait un livre, sorte de journal romancé de ce qu'elle n'hésite pas à appeler une « naissance ». Les semaines, les mois passent : un panache lui vient sur la tête, à mille lieues des idées préconçues sur les ravages du temps. Elle réalise que l'âge embellit aussi les femmes et que les hommes n'ont pas pour les cheveux blancs l'aversion qu'on supposait. Elle découvre que notre société n'attendait qu'un signal, au fond, pour s'ouvrir à une splendeur inédite, d'une puissance extraordinaire.

Ce qui nous fait envie : Le thème de la femme d’âge mûr et la liberté qui devrait être la nôtre de ne pas colorer nos cheveux blancs s’avèrent être des sujets intéressants et inédits.

Sortie prévue le 17 août 2017.

François Régis de Guenyveau, Un dissident (Albin Michel)

un dissident

Le résumé : Partout, au cœur des sociétés d’opulence, naît le rêve d’un monde nouveau : un monde de tous les possibles, où l’Homme s’affranchirait enfin des limites de la nature.
 Christian, jeune prodige scientifique, veut y prendre part. Il va participer à un projet de grande envergure : façonner l’homme de demain. Mais face à un tel enjeu, dans la solitude de son bureau, Christian s’interroge. Inadapté, incapable de nouer des relations, il se heurte à sa propre énigme. Et si la science n’était pas le seul moteur de l’évolution humaine ? Sa rencontre dans les rues de New-York avec un clochard, Louis, va le bousculer, peut-être redonner du goût à sa vie.

Ce qui nous fait envie : Le premier roman de ce conseiller en stratégie semble interroger l’être humain de façon intelligente. Un jeune auteur à découvrir. 

Sortie prévue le 23 août 2017.

Lola Lafon, Mercy, Mary, Patty (Actes Sud)

Mercy, Mary, Patty

Le résumé : En février 1974, Patricia Hearst, petite-fille du célèbre magnat de la presse William Randolph Hearst, est enlevée contre rançon par un groupuscule révolutionnaire dont elle ne tarde pas à épouser la cause, à la stupéfaction générale de l’establishment qui s’empresse de conclure au lavage de cerveau. Professeure invitée pour un an dans une petite ville des Landes, l’Américaine Gene Neveva se voit chargée de rédiger un rapport pour l’avocat de Patricia Hearst, dont le procès doit bientôt s’ouvrir à San Francisco. Un volumineux dossier sur l’affaire a été confié à Gene. Pour le dépouiller, elle s’assure la collaboration d’une étudiante, la timide Violaine, qui a exactement le même âge que l’accusée et pressent que Patricia n’est pas vraiment la victime manipulée que décrivent ses avocats...

Ce qui nous fait envie : Un roman sur la liberté des femmes et la liberté tout court qui génèrera peut-être une prise de conscience ou au moins l’assurance que des voies différentes de notre quotidien existent. En effet, il évoque, à travers la destinée de trois femmes différentes (Mercy, Mary et Patty), le processus du choix singulier et la répression que la société impose à ceux qui le font.

Sortie prévue le 16 août 2017. 

Véronique Olmi, Bakhita (Albin Michel)

Bakhita

Le résumé : Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l’esclavage. Rachetée à l’adolescence par le consul d’Italie, elle découvre un pays d’inégalités, de pauvreté et d’exclusion. Affranchie à la suite d’un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.

Ce qui nous fait envie : La découverte d’une figure peu connue mais héroïque et admirable pour bien des raisons. Un voyage à travers différentes contrées et divers évènements, pour découvrir l’empreinte qu’ils eurent sur la vie de ce personnage.

Sortie prévue le 23 août 2017.

Kamel Daoud, Zabor ou les psaumes (Actes Sud)

Zabor ou les psaumes

Le résumé : Orphelin de mère, mis à l’écart par son père, il a grandi dans la compagnie des livres qui lui ont offert une nouvelle langue. Depuis toujours, il est convaincu d’avoir un don : s’il écrit, il repousse la mort ; celui qu’il enferme dans les phrases de ses cahiers gagne du temps de vie. Telle une Shéhérazade sauvant ses semblables, il expérimente nuit après nuit la folle puissance de l’imaginaire. Ce soir, c’est auprès de son père moribond qu’il est appelé par un demi-frère honni...

Ce qui nous fait envie : Un conte aux accents orientaux mais aux préoccupations aussi actuelles qu’universelles. Une réflexion qui emprunte les atours de la magie pour questionner un fait essentiel : la faculté de l’homme à écrire des histoires.

Sortie prévue le 16 août 2017.

Daniel Mendelsohn, Une odyssée : un père, un fils, une épopée (Flammarion)

Une odyssée un père un fils une épopée

Le résumé : Lorsque Jay Mendelsohn, âgé de 81 ans, décide de suivre le séminaire que son fils Daniel consacre à l’Odyssée d’Homère, père et fils commencent un périple intellectuel et émotionnel de grande ampleur. Croisant les thèmes de l’enfance et de la mort, de l’amour et du voyage, de la filiation et de la transmission, ce livre est le récit poignant de la redécouverte mutuelle d’un fils et d’un père.

Ce qui nous fait envie : Redécouvrir l’épopée d’Ulysse sous un éclairage nouveau. Voir les impacts de la littérature sur la vie des hommes et observer comment l’universel et le personnel se croisent sans arrêt.

Sortie prévue le 13 septembre 2017.

Thomas Flahaut, Ostwald (Editions de l’Olivier)

Ostwald

Le résumé : Évacués avec le reste de la population, Noël et son frère, Félix, se retrouvent dans un camp improvisé en pleine forêt, la forêt où ils se promenaient, enfants, avec leur père. C’était avant la fermeture de l’usine où celui-ci travaillait, avant le divorce des parents, et l’éclatement de la famille. Cette catastrophe marque, pour eux, le début d’une errance dans un paysage dévasté. Ils traversent l’Alsace déserte dans laquelle subsistent de rares présences, des clochards égarés, une horde de singes échappés d’un zoo, un homme qui délire…

Ce qui nous fait envie : L'inventivité réaliste et effrayante de ce roman. L’avertissement qu’il constitue. Mais aussi son originalité : lorsque tout est dévasté, où trouve-t-on le bonheur et la beauté ? 

Sortie prévue le 24 août 2017.

Alice Zeniter, L’art de perdre (Flammarion)

L'art de perdre

Le résumé : L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoirefamiliale qui jamais ne lui a été racontée ? Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l’Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?

Ce qui nous fait envie : Celui-ci, on le connaît bien pour l’avoir reçu avant tout le monde, en juillet. Si vous ne l’avez pas encore lue, découvrez vite notre chronique sur L’art de perdre !

Sortie prévue le 16 août 2017.

Marc Dugain, Ils vont tuer Robert Kennedy (Gallimard)

ils vont tuer robert kennedy

Le résumé : Un professeur d’histoire contemporaine de l’université de Colombie-Britannique est persuadé que la mort successive de ses deux parents en 1967 et 1968 est liée à l’assassinat de Robert Kennedy. Le roman déroule en parallèle l’enquête sur son père, psychiatre renommé, spécialiste de l’hypnose, qui a quitté précipitamment la France avec sa mère à la fin des années quarante pour rejoindre le Canada et le parcours de Robert Kennedy. Celui-ci s’enfonce dans la dépression après l’assassinat de son frère John, avant de se décider à reprendre le flambeau familial pour l’élection présidentielle de 1968, sachant que cela le conduit à une mort inévitable. Ces deux histoires intimement liées sont prétexte à revisiter l’histoire des États-Unis des années soixante. 

Ce qui nous fait envie : Les "vérités historiques" des Etats-Unis semblent pour beaucoup d'entre elles remises en question par Marc Dugain à travers ce récit qui a dû lui demander beaucoup de recherches documentaires. Une lecture dont on ne ressortira que plus cultivés. 

Sortie prévue le 17 août 2017.

Gilles Marchand, Un funambule sur le sable (Aux Forges de Vulcain) 

Un funambule sur le sable

Le résumé : C'est l'histoire de Stradi qui naît avec un violon dans le crâne. A l'école, il va souffrir à cause de la maladresse ou de l'ignorance des adultes et des enfants. A ces souffrances, il va opposer son optimisme invincible, héritage de ses parents. Et son violon s'avère être un atout qui lui permet de rêver et d'espérer. Roman de l'éducation, révérant la différence et le pouvoir de l'imagination.

Ce qui nous fait envie : Ce roman d'apprentissage a l'air tout aussi émouvant et merveilleusement poétique qu'Une bouche sans personne, le premier roman de Gilles Marchand que nous avons adoré. Pour en savoir plus sur l'auteur, découvrez notre interview Les secrets d'écrivain de Gilles Marchand.

Sortie prévue le 24 août 2017.

Miguel Bonnefoy, Sucre noir (Payot & Rivages)

Sucre noir

Le résumé : Dans un village des Caraïbes, la légende d’un trésor disparu vient bouleverser l’existence de la famille Otero. À la recherche du butin du capitaine Henry Morgan, dont le navire aurait échoué dans les environs trois cents ans plus tôt, les explorateurs se succèdent. Tous, dont l’ambitieux Severo Bracamonte, vont croiser le chemin de Serena Otero, l’héritière de la plantation de cannes à sucre qui rêve à d’autres horizons. Au fil des ans, tandis que la propriété familiale prospère, et qu’elle distille alors à profusion le meilleur rhum de la région, chacun cherche le trésor qui donnera un sens à sa vie. Mais, sur cette terre sauvage, la fatalité aux couleurs tropicales se plaît à détourner les ambitions et les désirs qui les consument.  

Ce qui nous fait envie : La douceur du titre, le réalisme magique qui semble planer dans ce roman aux allures de conte philosophique et l'envie de voyager grâce à ces 200 pages sur des terres exotiques... 

Sortie prévue le 16 août 2017.

Eric Reinhardt, La chambre des époux (Gallimard)

La chambre des époux

Le résumé : Nicolas, une quarantaine d'années, est compositeur de musique. Un jour, sa femme Mathilde apprend qu'elle est atteinte d'un grave cancer du sein qui nécessite une intense chimiothérapie. Alors que Nicolas s'apprête à laisser son travail en plan pour s'occuper d'elle, Mathilde l'exhorte à terminer la symphonie qu'il a commencée. Elle lui dit qu'elle a besoin d'inscrire ses forces dans un combat conjoint. Nicolas, transfiguré par cet enjeu vital, joue chaque soir à Mathilde, au piano, dans leur chambre à coucher, la chambre des époux, la symphonie qu'il écrit pour l'aider à guérir.

Ce qui nous fait envie : L'art, la beauté et l'amour semblent évoqués dans toute leur puissance ici pour faire méditer le lecteur sur la vie. Eric Reinhardt s'inspire de ce qu'il a lui-même vécu avec son épouse pendant qu'il écrivait son roman Cendrillon, il y a de cela dix ans... 

Sortie prévue le 17 août 2017.

 

 

Pour aller plus loin...

> Découvrez toutes nos sorties culturelles

> Explorez notre rubrique Actu

Tags: