Leïla Slimani remporte le prix Goncourt 2016

© Facebook

Les deux prix littéraires les plus convoités de l’édition française ont été décernés cet après-midi. Tandis que Yasmina Reza est récompensée du prix Renaudot pour son roman Babylone, le prix Goncourt, lui, revient à la talentueuse Leïla Slimani pour sa terrible Chanson Douce, publiée chez Gallimard l’été dernier.

Leïla qui ?

Leïla Slimani est une jeune femme de 35 ans née au Maroc et dont le premier métier fut journaliste. Elle publie son premier roman, Dans le jardin de l’ogre, en 2014 aux éditions Gallimard, collection blanche. A travers ce récit, Leïla affirmait déjà son style singulier en traitant d’un sujet bien particulier : la nymphomanie.

Avec Chanson Douce, Leïla devient l'une des plus jeunes lauréates du prix Goncourt et n'est que la douzième femme en 113 ans à obtenir ce titre prestigieux.

De quoi parle sa Chanson Douce ?

Ne vous fiez pas à son titre et à la tonalité apaisante qu’elle renvoie dans nos esprits : Chanson Douce est un choc pour tous ses lecteurs, bien loin de la biche et du chevalier d’Henri Salvador. L’incipit nous plonge tout de suite dans une scène digne des plus grands scénarios de films dramatiques : une nounou a tué les deux enfants dont elle avait la garde.

Ah… Mais tout est dit, alors ? Eh bien non, l’auteur parvient à capter notre attention tout au long de son récit en nous dévoilant les détails du quotidien familial. 

Myriam, la maman avocate, décide de reprendre du service après avoir consacré plusieurs années à l’éducation de Mila et Adam.

Paul, le papa, l’encourage et propose de recruter une nounou pour s’occuper des petits. Après un tri très sélectif, leur choix se porte sur Louise, une veuve effacée qui s’avère non seulement être la nounou parfaite, mais aussi une véritable fée du logis, faisant ménage, rangement et cuisine par la même occasion. Très vite, Louise devient indispensable tant pour les parents que pour les enfants.

Je n’en dis pas plus et vous laisse découvrir par vous-même ce subtile roman mêlant violence et douceur.

C'est quoi, son style ?

L'écriture peut paraître très simple, au premier abord. Il n'en est rien : l'auteur assemble minutieusement les mots pour créer des images à la fois mélancoliques et criantes de vérité.

L'analyse sociale est également très poussée puisque l'auteur dépeint nos propres modes de vie, refusant de prendre parti entre la mère surchargée et la nounou démunie.

Vous l'aurez compris, Chanson Douce mérite son prix et il vous faut absolument vous plonger dans cette folle histoire si ce n'est pas déjà chose faite.