La folle histoire d'Alois Pichler, bibliomane du XIXe siècle

Connaissez-vous l'histoire d'Alois Pichler ? Au XIXe siècle, cet homme s'est fait connaître pour son addiction aux livres, devenue réelle pathologie. Focus sur un bibliomane incurable...

La bibliomanie est un trouble du comportement qui pousse à collectionner les livres à outrange sans aucune utilité, selon L'Internaute. Ce trouble psychologique aurait contaminé l'Europe dans les années 1800 et serait à l'origine d'une incroyable histoire, celle d'Alois Pichler. Le site Atlas Obscura nous a raconté sa vie ce 2 décembre 2016.

"L'extraordinaire bibliothécaire"

Alois Pichler, docteur et universitaire allemand, est connu pour son titre d'"extraordinaire bibliothécaire" en 1869, à la Bibliothèque publique impériale de Saint-Pétersbourg (Russie). Grâce à cette prise de fonction, Pichler est devenu l'un des bibliothécaires les plus célèbres de sa génération ainsi que les mieux payés.

Seulement quelques mois plus tard, les gardiens de la bibliothèque remarquent la disparition de nombreux livres. Des voleurs extérieurs, se disent-il de prime abord... Mais l'attitude d'Alois Pichler était pour le moins étrange et suspicieuse : ce dernier refusait d'enlever son large manteau et sortait de la bibliothèque plusieurs fois par jour pour revenir peu de temps après.

En mars 1871, soit deux ans après l'arrivée du bibliothécaire en chef de l'établissement, 4.500 livres ayant pour thèmes le parfum et la théologie ont été retrouvés en sa possession ! "Pichler réalisait  le plus grand vol de bibliothèque jamais enregistré jusqu'alors", conclut Atlas Obscura. La sentence ? Un exil en Sibérie.

La bibliomanie, une vraie maladie

Alois Pichler ne pouvait pas s'empêcher de voler tous ces livres pour les faire siens. La raison ? Une maladie peu connue : la bibliomanie. L'homme éprouvait la nécessité d'acquérir les livres et de les accumuler afin d'obtenir une vraie collection, à tel point que sa santé pouvait en être altérée, tout comme ses relations sociales. Un vrai trouble psychologique.

Atlas Obscura nous relate l'histoire de ce trouble et la façon dont il s'est étendu dans les classes aisées européennes au XIXe siècle, en particulier en France, après la Révolution. 

Un autre exemple de bibliomane ? Dans la même période,  Richard Heber avait collectionné 146.000 livres rares répartis dans 8 maisons.

 

Pour aller plus loin...

> Percez le mystère de la tombe de Shakespeare

> Entrez dans la vie de Truman Capote, le plus grand des petits génies

Tags: