Focus sur "Ma dévotion" de Julia Kerninon

ma dévotion
© DR

Après Une activité respectable, un texte autobiographique autour de sa passion pour l’écriture et les livres, Julia Kerninon revient avec Ma dévotion, un splendide roman sur le dévouement d'une femme, à l'image de Gala qui œuvra toute sa vie pour la réussite de son célèbre compagnon.

Londres. Vingt-trois ans après leur séparation, Helen et Frank Appledore, le célèbre artiste peintre, se croisent par hasard dans une rue de la capitale anglaise. De leur amitié passionnelle est né le drame qui les a séparés deux décennies plus tôt… Là, sur le trottoir, la vieille dame va durant près de deux heures conter sa version de leur histoire.

Une femme de l'ombre

Après une enfance chaotique, Helen quitte Rome pour Amsterdam et emmène Frank dans ses valises. Dans cette nouvelle ville, loin de leurs familles, le jeune couple étudie et goûte à la vie de bohème dans un vieil appartement où chacun occupe sa propre chambre mais où leurs corps se mêlent parfois. En dépit de leur relation ambiguë, Helen – réfléchie et silencieuse – facilite la vie de Frank pour que seule la peinture soit au centre de ses préoccupations. Jour après jour, année après année, elle demeure son amie, son amante, sa couverture, son refuge et jamais cet homme, pour qui elle délaisse sa propre vie, ne se rend compte de ses sacrifices.

L’obsession du temps qui passe

Dans Buvard, son premier roman, l'auteure explorait les conséquences du passé sur le présent. Avec Ma dévotion, elle explore à nouveau ce thème pour lequel elle a une affection particulière :

Au fond ce qui m’obsède c’est de faire de meilleurs livres, confiait-elle lors d’une interview pour la librairie Mollat. En vrai, c’est ça. Les thèmes que je choisis ils se recoupent, ils ont souvent des rapports les uns avec les autres. On est toujours obsédé par les mêmes choses. Je suis obsédée par 'Qu’est-ce que le temps change ?' Je fais souvent des livres qui reviennent en arrière, j’essaie de comprendre comment les choses se passent. Les biographies ça m’intéresse […] parce-que je suis très curieuse et très voyeuriste et écrire des livres est un bon moyen pour essayer de comprendre ce genre de choses. Comment les gens vivent, ça m’intéresse. »

Julia Kerninon – dont l'écriture toujours plus précise s’embellit de livre en livre – nous offre un beau roman de 300 pages où le temps file à toute vitesse. Livré d'un seul souffle, le poignant récit d'Helen donne au lecteur la sensation d'être un badaud aux oreilles indiscrètes.

 

Découvrez un premier extrait ! 

« Je n'ai rien oublié. Même si tu étais doué, comme la suite l’a suffisamment prouvé, la maîtrise de la peinture ne t'est pas venue du ciel. Tu as beaucoup travaillé – simplement, tu as travaillé dans l'ombre, et je te soupçonne d'avoir détruit tous tes premiers jets comme pour effacer l'histoire de tes tentatives ratées, pour laisser l'impression que tu avais débuté d'emblée à un niveau incroyablement impressionnant de maîtrise […] De ton apprentissage réel, je dois admettre que je ne sais rien. De tes premières esquisses, de tes échecs je n'ai jamais eu le moindre compte-rendu. »

Extraits p 84-86

 

Pour aller plus loin... 

> Retrouvez toutes nos Chroniques de lecture

> Découvrez nos Anecdotes insolites