Focus sur "Loin, très loin de tout" d'Ursula Le Guin

loin très loin de tout
© DR / Actes Sud

"Loin, très loin de tout" ("Very far away from anywhere else"). C'est le joli titre qu'avait choisi Ursula Le Guin pour son récit en 1984. Classé dans la catégorie littérature de jeunesse, il peut pourtant être lu et relu à tous les âges de la vie. On vous le présente ! 

Quelques mots sur l'auteure

Ursula Le Guin

Ursula Le Guin, auteure américaine qui a rejoint un autre monde en janvier 2018, est principalement connue pour ses oeuvres de science-fiction et de Fantasy, pour lesquelles elle a reçu les prix Hugo et Nebula. Sous couvert d'aventures sur des planètes imaginaires ou de l'apprentissage de la sorcellerie, elle questionne les valeurs humaines, qu'elles touchent à l'individuel ou au sociétal. Ces histoires d'autres mondes, sérieuses et exigeantes - adultes en somme - divertissent autant qu'elles cherchent à faire réfléchir.

Une histoire d'adolescence

Dans ce corpus littéraire, un court roman -  ou une longue nouvelle ? - se distingue. Une histoire d’adolescence, de mal-être, de recherche d’acceptation de soi et par les autres. Bref, une thématique universelle ! Si ce sujet au coeur de l’humain a été maintes et maintes fois décortiqué, il fait l'objet ici d'un traitement brut et abrasif, avec moultes tripes sur la table. L'effet, si vous avez un peu d'âme, est de se prendre une belle rafale de claques et de se retrouver à nu, sans filtre face aux joies et tourments d'un représentant de notre espèce. Ecrit essentiellement à la première personne, le texte consiste en un monologue intérieur où seuls quelques dialogues sortent le lecteur de l’introspection du narrateur.

Owen, vivant quelque part proche de la façade Pacifique des Etats-Unis - Ursula Le Guin a passé une grande partie de sa vie dans l'Oregon - vient d'avoir 17 ans. C'est un élève brillant. Il aime les sciences, la psychologie, réfléchir et expérimenter, mais il ne sait pas comment interagir avec les autres, que ce soit ses parents ou les élèves du lycée. Il n'arrive pas à faire semblant, à se fondre dans le groupe, à parler des matchs du week-end. Cela le mine et l'amène à se questionner sur ce qui ne va pas chez lui puisque le problème ne peut pas venir de tous les autres ! Il rencontre Nathalie qui, à 18 ans, sait déjà que sa vie sera consacrée à la musique et a tout planifié pour les années à venir. A sa manière, elle est aussi déconnectée du quotidien qu’Owen peut l'être, mais elle sait ou croit savoir où elle va, car habitée par sa passion et les certitudes que cela procure. La rencontre de ces deux esprits similaires, mais à des degrés de maturité différents, fait jaillir des étincelles. Celles-ci éclairent leurs vies et allument en eux des feux nouveaux. Elles les brûlent aussi.

Un texte éminemment moderne 

Publié au milieu des années 70, le texte est moderne du fait de sa trame intemporelle : adolescence, garçon, fille, quête de sens. Il est aussi d’actualité car il aborde frontalement ou implicitement des questions chaudes de sociétés, notamment égalité homme - femme, élite contre « peuple », savoir face au simplisme, individualité face au poids du groupe.

Cette histoire touche - bouleverse, même - par sa simplicité, son intimité respectueuse et tout bonnement sa profonde humanité. Rien de nouveau sous le soleil peut-être, mais des mots justes et des situations qui renvoient à sa propre adolescence, qui ravivent des sensations familières - fraiches ou plus anciennes - et qui ramènent aux questionnements sur comment s'accepter et vivre avec les autres.

 

Pour aller plus loin... 

> Retrouvez toutes nos critiques de livres dans Focus sur
> Explorez notre rubrique Ecriture