Focus sur La tresse de Laetitia Colombani

la tresse laetitia colombani
© DR - Grasset

Il était plus que temps de vous parler de ce magnifique premier roman de Laetitia Colombani autour du motif capillaire. Paru en mai 2017, il rencontre un vif succès auprès des lecteurs français et commence déjà à être traduit dans le monde entier ! 

Une ode aux femmes et à leur courage

A travers ce récit, l'auteure tresse le destin de trois femmes puissantes malgré les aléas de leur vie. Smita, Giulia et Sarah viennent de trois parties du monde bien éloignées : l'Inde, l'Italie et le Canada. Reliées par un fil, celui de leurs cheveux, elles font face aux épreuves que la société leur impose et tiennent le pari de s'élever au-delà des clichés dans lesquels on les enferme. Non, Smita ne permettra pas que sa fille subisse le même sort qu'elle, Giulia ne baissera pas les bras en laissant couler l'entreprise de son père et Sarah ne laissera pas une tumeur de la taille d'une mandarine décider de son futur. Une belle ode aux femmes, ces splendides "amazones" qui se battent et ne se déclarent jamais perdantes face au monde hostile. 

Smita et la malédiction des Dalits

Derrière l'histoire de Smita, c'est le sort de toutes les femmes indiennes qui est montré du doigt. Elles ne sont rien sans leur mari à qui elles doivent tout donner. Si ce dernier meurt, on les considère comme responsables et elles sont exilées, voire même tuées. Les maris sont souvent violents avec leur femme, mais Smita a eu la chance de tomber sur un homme doux qui ne l'a jamais frappée. Tandis qu'il chasse les rats dans les champs des propriétaires et ramène ainsi un peu de viande à manger le soir, Smita, elle, ramasse à mains nues les excréments des voisins riches qui la remercient seulement de temps en temps en lui donnant des restes de nourriture. C'est le sort des Dalits, celui de sa mère et de sa grand-mère avant elle, celui de sa fille Lalita, aussi... "De cela, il n'est pas question. Smita ne le permettra pas." S'enfuir, il n'y a pas d'autres solutions. S'enfuir au risque de se faire prendre et de mourir sous la torture... Le début de son combat commence alors. 

Giulia, l'Italienne anti-clichés 

"De mari, Giulia n'en cherche pas." Les tombeurs italiens trop sûrs d'eux ne l'intéressent pas. C'est Kamal, un jeune homme indien calme et mystérieux qui va la troubler. Pour la séduire, il n'utilise aucune des stratégies basiques des hommes qu'elle a connus. Qu'en dirait son papa dans le coma ? Ce dernier aussi cache un secret dans le tiroir de son bureau, et ce secret pourrait bien signer la fin de leur fabrique familiale de perruques... Mais Giulia ne baissera pas les bras : à vingt ans, elle est prête à devenir chef d'entreprise et à perpétuer la tradition tout en acceptant que le monde change...

Sarah, avocate stigmatisée à cause d'une mandarine

Le cancer du sein touche une femme sur dix, paraît-il. Mais "tant qu'on n'en parle pas, ça n'existe pas", se répète Sarah. La réalité - une tumeur de la taille d'une mandarine - va la rattraper bien vite, pourtant, et sa carrière d'avocate renommée risquerait bien d'en pâtir. Car quand la maladie se lit sur votre visage et dans votre emploi du temps soudain codé, le regard des autres se transforme et vous rappelle que dans le monde professionnel nul n'est irremplaçable...  Stigmatisée, c'est le mot qu'elle a tant utilisé pour plaider la défense des autres et qui, maintenant, se rapporte aussi à elle. "Ce qu'elle redoutait a fini par arriver : Sarah est devenue son cancer. (...) Pour eux elle n'est plus une avocate malade, elle est une malade avocate. La différence est de taille. Le cancer fait peur. Il isole, il éloigne. Il pue la mort. A son contact, on préfère se détourner, se boucher le nez." 

 

Un roman touchant et très bien construit (les chapitres sont consacrés alternativement aux trois femmes, tels les trois brins d'une tresse), qui se lit en une ou deux soirées de plaisir. 

 

Pour aller plus loin... 

> Découvrez les voeux de Laetitia Colombani pour 2018

> Retrouvez toutes nos critiques littéraires dans  Focus sur...