"Dans l’antre des brouteurs", l’arnaque aux sentiments

dans l'antre des brouteurs
© FBI.GOV

Les «brouteurs » ? En côte d’Ivoire, c’est ainsi que l’on surnomme ces escrocs de la toile : spécialisés dans l’arnaque aux sentiments, ils abusent de la crédulité de leurs victimes au moyen de sites de rencontres factices, dans le but de leur extorquer de l’argent, au prétexte d’un billet d’avion pour les rejoindre ou d’aider un membre de leur famille malade. 

L’arnaque au quotidien, le nouveau logiciel

Dans l'antre des brouteurs, c’est le titre, qu’a choisi Tranan Touvoli pour réunir sept nouvelles qu’elle publie aujourd’hui à compte d’auteur. Ce qui réunit Sophie, Karelle, Aurélie, Marie-Claire, Haddad, Madame Koffi, cette épouse ou cette enfant qui parlent à la première personne ? L’arnaque aux sentiments. Mais pas sur la toile : dans la vie. 

Et il semble qu’il n’y ait pas grand-chose d’inventé dans ces nouvelles, au demeurant très bien écrites. Dans le style, il y a du Colette, chez cette nouvelle écrivaine ivoirienne : pas un mot de trop. Et rien de laissé au hasard.  Soyons critique : une ou deux maladresses. Mais l'ensemble est fait de traits de plume qui jouent juste, sans en rajouter.

Nous vivons des histoires au quotidien : Sophie est heureuse, jusqu’au jour où elle est au prise à un chantage. Madame Koffi croyait avoir tout réussi ? La déconvenue lui tient lieu de bougies d’anniversaire de mariage. Le fil conducteur de ces sept nouvelles est la trahison des sentiments dans la plus universelle des relations à l’autre. Un peu comme si la brutalité de l’époque faisait, par glissement, banalement, changer de logiciel. Gare à celle ou celui resté à la version candide des sentiments. La mise à jour s’appelle le sans foi, ni loi.

«Les calamités d’une époque sans cœur et sans vision»

Ces sept nouvelles se déroulent en Côte d’Ivoire. Ceci n’est pas anodin : vu d’ici, que savons-nous exactement de ce pays d’Afrique ? Il a été dirigé pendant trente ans de main de maître par le « Vieux », Félix Houphouët-Boigny. Il est aussi le premier pays producteur au monde de cacao, notre cher chocolat. Mais encore ? La suite est un peu compliquée à suivre : on s’y perd un peu ! Le cours du cacao a chuté. Et l’imbroglio politique a tourné tour à tour au coup d’état et à la guerre civile.  Pas plus tard que samedi dernier, il y a eu des élections locales. Mais l’électeur n’y croit plus : il a boudé les urnes.

Si ce n’est pas cette histoire, que nous raconte Tranan Touvoli, elle n’en n’est pas si éloignée : la trahison, l’affadissement des relations entre les êtres, tous les coups deviennent permis. Et les perdants sont les candides.  Cela ne vous rappelle-t-il rien ? « C’est à ces détails, que nos civilisations deviennent mortelles » : eh oui, Paul Valéry.

L'auteur ivoirien Macaire Etty le formule différemment. La citation est un peu longue, mais s’appesantir ne fait pas de mal :

Son livre est un lieu où se croisent et se fondent toutes les calamités d’une époque sans cœur et sans vision. Du haut de sa position de guetteur, l’écrivaine perçoit au-delà des apparences. Elle traque les failles d’une société ivoirienne et africaine possédée par les démons de l’égoïsme, la cupidité, l’avidité et le cynisme. Même l’amour a perdu de sa magie pour se muer en une épreuve de douleur et de trahison. L’amitié et la parenté ne sont plus assez fortes pour sauver la pureté des relations interhumaines.

Ce recueil témoigne de ce que l’homme contemporain est à bout de souffle. À force de lutter contre lui-même et contre les autres, il semble engagé sur une voie sans lumière et sans issue. Alors, aveuglé, égaré, telle une panthère blessée, il se débat par tous les moyens pour ne pas succomber. Malheureusement, le plus souvent, ses choix le conduisent irréversiblement à la mort. »

Au fait, oui, la Côte d’Ivoire n’est pas seulement ce pays où l’on se tire dessus à bout portant. Il y a aussi une Association des écrivains ivoiriens, que préside Macaire Etty et que rejoint Tranan Touvoli. Bienvenue Madame, dans le monde des « guetteurs ».

 

Pour aller plus loin...

> Explorez notre rubrique Lecture 

> Découvrez nos Anecdotes insolites