Ces écrivains superstitieux face au vendredi 13

Superstition vendredi 13
© Istock

Vendredi 13 octobre 2017 : l'occasion d'écrire un article sur... vendredi 13, pardi ! Pour certains d'entre vous, cette date est synonyme d'événéments malheureux et d'accidents inexpliqués. Pour d'autres, au contraire, le vendredi 13 est inéluctablement associé à la chance. Mais qu'en est-il des écrivains ? Chiffre porte-bonheur ou porte-malheur dans leur vie ? Quelques éléments de réponse au travers de ces diverses anecdotes...

Jean Moréas : 13, chiffre porte-malheur

Jean Moreas

Vade retro, chiffre 13 ! Le poète Jean Moréas (1856-1912) redoutait l'apparition de ce chiffre plus que tout. Si cela n'avait tenu qu'à lui, aucune porte de maison n'aurait endossé ce chiffre de mauvaise augure selon lui, ni aucun fauteuil de théâtre... D'ailleurs, il avait trouvé un théâtre à New-York qu'il appréciait beaucoup parce que le dirigeant avait eu le bon sens de ne pas mettre de fautauil n°13. On imagine bien la hantise de l'auteur face au vendredi 13, après tout cela... 

Alfred de Musset : 13, chiffre porte-malheur

Alfred de Musset

Le poète et dramaturge romantique tremblait lui aussi sous la menace que représentait un vendredi 13. Dommage :  c'était la date qu'avait choisie George Sand pour l'un de leurs départs en amoureux. De quoi torturer l'esprit enivré de l'éternel souffrant...

Edmond Rostand : 13, chiffre porte-bonheur 

Edmond Rostand

Coïncidence troublante - mais le hasard existe-t-il vraiment ?- que ce chiffre 13 partout présent autour de l'auteur de Cyrano : Edmond Rostand (tiens, 13 lettres composent son patronyme) fut le treizième membre titulaire de l'Académie Française et occupait également le fauteuil numéro 13. On peut dire sans nul doute que cela lui a porté chance ! 

Théophile Gautier : 13, chiffre porte-malheur

Theophile Gautier

Plus superstitieux que Théophile Gautier, tu meurs ! Le spécialiste des nouvelles fantastiques telles que La Vénus d'Ille (qui a justement de quoi nous rendre paranoïaque) croyait au mauvais oeil susceptible de l'atteindre en passant sous une échelle, en renversant le sel ou en sortant de chez lui un vendredi 13... Une petite anecdote qui vaut le détour : alors qu'il devait dîner en compagnie de Dumas, Sainte-Beuve et d'autres invités prestigieux, Gautier a voulu s'en aller sous prétexte qu'ils étaient treize à table. Il fallut que Sainte-Beuve ajoute un couvert et invite le fils du restaurateur pour que Gautier accepte enfin de rester. 

Gabriele d'Annunzio : 13, chiffre porte-malheur

Gabriele d'Annunzio

Cet écrivain italien du début du XXe siècle a une incroyable histoire fatalement liée au chiffre 13. Sa journée du 13 décembre 1907 est pleine de rebondissements, tant et si bien qu'il aurait pu en faire une histoire : ce jour-là, il est d'abord victime d'un accident qui faillit lui faire perdre un oeil. Il sort de chez lui et croise une voiture portant le chiffre 13 ; le cocher lui réclame 13 lires à la fin de sa course ; il rentre à nouveau chez lui et trouve 13 lettres dans son courrier. Le soir, 13 invités se trouvent à sa table. Enfin, la journée se clôt sur son retour du théâtre Argentina où il se blesse l'arcade sourcilière. "C'était fatal !", conclue-t-il. 

Henri Béraud : 13, chiffre porte-bonheur 

Henri Béraud

De la même façon que Rostand, le chiffre 13 a plutôt bien réussi à Henri Béraud, lauréat du prix Goncourt le 13 décembre 1922 où on célébra sa treizième oeuvre. Autant vous dire que le vendredi 13 ne lui faisait pas peur, bien au contraire ! 

Oscar Wilde : 13, chiffre porte-malheur

Oscar Wilde

Ernest Lajeunesse (écrivain contemporain de Wilde) prétendait qu'à la mort d'Oscar Wilde, "treize personnes se découvrirent, en un dortoir de banlieue, devant un cercueil marqué d’un numéro treize." Nous aurions aimé savoir ce que Lajeunesse en avait déduit, car cela ne nous avance pas beaucoup... Wilde aurait-il été aussi superstitieux que son biographe ? 

Henry Kistemaeckers : 13, chiffre porte-bonheur 

Henri Kistermaeckers

Henry Kistemaeckers fils est un auteur belge naturalisé français en 1900. Sa vie entière est inscrite sous le signe du chiffre 13 : identité à 13 lettres, naissance le 13 octobre 1872, licence de lettres passée un 13... La répétition générale de Martha, l'une de ses premières pièces ? Un 13. La première représentation de sa pièce La Blessure ? Sa reprise au Théâtre du Parc à Bruxelles ? La répétition générale de l’Instinct ? La  première de la Rivale ? Encore et toujours un 13. Aussi ne fut-il pas surpris d'être nommé chevalier de la Légion d'honneur un 13... Plutôt positif, tout cela ! 

 

Pour aller plus loin...

> Retrouvez toutes nos Anecdotes insolites 

> Explorez notre rubrique Ecriture 

 

Source principale : France-Pittoresque.com (D'après Le Figaro, "Supplément littéraire" paru en 1935)