Ces écrivains à qui l'on attribue de fausses citations

écrivains fausses citations
© DR

On les appelle les citations apocryphes, ces citations célèbres attributées à tort à certains écrivains tout aussi célèbres et dont l'authenticité n'est pourtant pas établie. Parfois, on peut remonter aux origines de cette citation et comprendre d'où vient le malentendu... mais ce n'est pas toujours le cas. 

"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire." 

Voltaire n'a jamais prononcé (ni écrit) ces mots et l'on doit cette confusion à une femme de lettres anglaise nommée Evelyn Beatrice Hall, qui utilisa cette formule entre guillemets dans son livre The Friends of Voltaire (1906) pour expliciter la philosophie voltairienne. La citation "I diaspprove of what you say, but i will defend to the death your right to say it" fut rapidement traduite en français et propagée dans nos esprits. Pourtant, Evelyn Beatrice Hall a affirmé par la suite que la formule était bien d'elle et qu'elle n'aurait pas dû la mettre entre guillemets...

"Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer."

Décidément, il semble que nous collectionnions les citations apocryphes de Voltaire. Celle-ci a été employée en janvier 2014 pour l'affaire Dieudonné alors que nous la devons en réalité à un auteur américain néo-nazi et négationniste de l'holocauste, Kevin Alfred Strom. Tout de suite, c'est moins vendeur... Ce dernier n'a pas manqué de se manifester sur son site internet pour revendiquer ladite citation. 

"Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas"

André Malraux était loin d'être aussi catégorique. En vérité, il était même sceptique concernant la place de la religion dans la vie des hommes du XXIe siècle. "Je pense que la tâche du prochain siècle, en face de la plus terrible menace qu'ait connue l'humanité, va être d'y réintégrer les dieux." Voilà ce qu'il a affirmé. Pas la même chose, tout de même ! D'ailleurs, Malraux lui-même a remis les choses au point en 1975 dans Le Point : "Je n'ai jamais dit cela, bin entendu, car je n'en sais rien. Ce que je dis est plus incertain. Je n’exclus pas la possibilité d’un événement spirituel à l’échelle planétaire." En 2008, Nicolas Sarkozy a réutilisé cette citation apocryphe lors d'un échange avec les lecteurs du Parisien, et le pauvre Malraux a dû se retourner dans sa tombe... 

"La vie ne consiste pas à attendre que l'orage passe, mais à apprendre à danser sous la pluie." 

Cette citation circule depuis plusieurs années sur internet et les réseaux sociaux, et tous ceux qui connaissent un tant soit peu la pensée stoïcienne de Sénèque ont du mal à croire en l'authenticité de cette formule. D'ailleurs, on ne trouve la source à aucun endroit... Fausse citation ou erreur dans l'attribution ?  

"- Vous aurez beau faire, Monsieur, dit la jolie marquise, vous n'aurez jamais mon coeur. - Je ne visais pas si haut, Madame !" 

Une autre citation qui circule beaucoup sur Facebook et qui est attribuée cette fois-ci à Molière. Nous - les rédacteurs d'Un Monde Littéraire- l'avons même partagée à l'occasion de la Saint-Valentin. Eh oui, il nous arrive aussi d'être crédules et la formule était si jolie, c'était trop tentant... Pourtant, impossible de retrouver la pièce de Molière dont cette citation serait extraite. Si c'est une pure invention, Molière l'aurait peut-être approuvée, qui sait !

"Dans 20 ans, vous serez plus déçu par ces choses que vous n'avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors larguez les amarres. Mettez les voiles et sortez du port ô combien sécurisant. Explorez. Rêvez. Découvrez.""

Magnifique citation, n'est-ce pas ? Oui, sauf qu'on l'attribue à Mark Twain sans raison apparente : nulle trace de ces jolies phrases dans l'Oeuvre de l'écrivain américain, ni dans sa correspondance... Peut-être s'est-on dit que cela rendait mieux, de placer un nom célèbre sous une telle formule, plutôt que celui d'un parfait inconnu... 

"Eduquer, ce n'est pas remplir un vase mais allumer un feu." 

Le plus souvent attribuée à Montaigne, cette citation peut aussi être signée Aristophane, Rabelais ou Marguerite Yourcenar selon les fantaisies des gens de la toile... Tout faux ! On a en fait repris l'idée du philosophe grec Plutarque (IIe siècle après JC) qui, dans ses Oeuvres morales traduites par Victor Bétolaud, écrivait : "L'esprit n'est pas comme un vase qui a besoin d'être rempli ; c'est plutôt une substance qu'il s'agit seulement d'échauffer". N'empêche qu'on aime bien cette formule invitant les étudiants à être les véritables acteurs de leur apprentissage. Montaigne disait à peu près la même chose, en soit  : "Il vaut mieux une tête bien faite qu'une tête bien pleine." 

Le poème "Le petit endroit" de Musset

Vous cherchez un sticker littéraire pour décorer vos toilettes ? Le poème "Le petit coin" apparaît aussitôt sur votre moteur de recherche. Seul bémol : tous les sites proposant cette citation à la vente l'ont signée Musset alors qu'il s'agit en fait d'un poème d'Emmanuel Arago, politicien français. Certes, c'est tout de même plus la classe d'avoir Musset dans ses toilettes, me direz-vous, mais bon...! 

Le petit endroit

Vous qui venez ici  / Dans une humble posture / De vos flancs alourdis / Décharger le fardeau / Veuillez quand vous aurez  / Soulagé la nature  / Et déposé dans l'urne  / Un modeste cadeau / Epancher dans l'amphore / Un courant d'onde pure  / Et sur l'autel fumant / Placer pour chapiteau  / Le couvercle arrondi / Dont l'auguste jointure  / Aux parfums indiscrets  / Doit servir de tombeau. 

La lettre érotique de George Sand

George Sand et Alfred de Musset nous ont laissé une riche correspondance, témoin de leur passion aussi belle que déchirante et de leur rupture à Venise en 1834. Cette lettre aux dessous coquins si on ne lit qu'une ligne sur deux ne serait pourtant pas signée Sand. Il s'agit très probablement d'un canular diffusé au début du XXe siècle par un auteur anonyme. Dommage, on aurait bien aimé que ce soit vrai ! 

Je suis très émue de vous dire que j’ai
bien compris l’autre soir que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans calcul,
et si vous voulez me voir aussi
vous dévoiler sans artifice mon âme
toute nue, venez me faire une visite.
Nous causerons en amis, franchement.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l’affection
la plus profonde comme la plus étroite
en amitié, en un mot la meilleure preuve
dont vous puissiez rêver, puisque votre
âme est libre. Pensez que la solitude où j’habite
est bien longue, bien dure et souvent
difficile. Ainsi en y songeant j’ai l’âme
grosse. Accourrez donc vite et venez me la
faire oublier par l’amour où je veux me
mettre.

 

Pour aller plus loin...

> Découvrez toutes nos Anecdotes insolites 

> Explorez notre rubrique Lecture