5 ans pour gravir La Montagne magique de Thomas Mann

la montagne magique thomas mann fredrich reisenberg
© La Montagne magique, Fredrich Reisenberg

Cette semaine (du 12 au 16 décembre), La Compagnie des auteurs nous a parlé de l'écrivain allemand Thomas Mann sur France Culture. Né en 1875 et mort en 1955, il est l'auteur de trois romans majeurs : La Mort à Venise (1912), La Montagne magique (1924) et Le Docteur Faustus (1947). Prix nobel de la littérature en 1929, Thomas Mann est l'un des romanciers les plus importants du XXe siècle. Mais qui était cet homme et en quoi son oeuvre la plus célèbre, La Montagne magique, est-elle si singulière ? Claire Oliveira, traductrice de la nouvelle édition du roman chez Fayard, nous donne des éléments de réponse.

A seulement 25 ans, il écrit 1.000 pages en 3 ans

Issu d'une famille bourgeoise, Thomas Mann a hérité des qualités artistiques de sa mère. Celle-ci possédait des talents de conteuse et de pianiste. Ainsi, l'écrivain appréciait beaucoup la musique, sensibilisé notamment à Chopin et Wagner. Orphelin de père à 17 ans, il aurait normalement dû prendre la succession de ce dernier mais n'a pas pu s'y résoudre. C'est à l'âge de 25 ans qu'il écrit son premier roman, dans un isolement complet. Il écrit un total de 1.000 pages en 3 ans et intitule son oeuvre Les Buddenbrook.

Témoin des 2 premières guerres mondiales

Thomas Mann a d'abord soutenu l'Allemagne lors de la première guerre mondiale en faisant preuve d'un nationalisme très fort. Cependant il n'adhère pas du tout au nazisme et s'exile en Amérique en 1938. Il y trouve une seconde patrie et bénéficie d'un accueil très chaleureux. C'est là qu'il compose Le Docteur Faustus. En 1936, l'écrivain était déchu de sa nationalité allemande. Malgré ses convictions anti-nazies, Thomas Mann parle d'Hitler en soulignant que c'était un artiste incompris. Beaucoup se sont montrés choqués, ne voyant en lui qu'un monstre.

La montagne magique, une autobiographie déguisée...

Thomas Mann compose La Montagne magique en l'espace de 12 ans (de 1912 à 1924). Ce roman en grande partie autobiographique a pour but de "dominer le réel en jouant avec des simulations". Ainsi, La Montagne magique n'est rien d'autre qu'une simulation de ses propres douleurs.

L'histoire tourne autour de Hans, un jeune ingénieur qui s'accorde un bref répit avant de prendre son poste. Il va rendre visite à son cousin et va être confronté à deux mentors qui vont le prendre sous leur aile. Il s'éprend d'une jeune fille et s'établit alors un triangle amoureux. Au départ, Hans était censé rester seulement quelques jours, mais il se découvre une maladie... Ce parcours initiatique entre Eros et Thanatos nous plonge dans des paysages montagneux d'une splendeur à couper le souffle. Dans ce roman, il est question également de magie noire. Thomas Mann est fasciné par la magie, la simulation.

Comme Zola avant lui, il y a dans le roman de Thomas Mann une analyse de romancier semblable aux diagnostics des médecins. "Si je n'avais pas été un écrivain, j'aurais peut-être été un excellent chirurgien", disait l'auteur de son vivant.

...Traduite en 5 ans

"Thomas Mann est un esthète", nous dit Claire de Oliveira, traductrice de la nouvelle édition de La Montagne magique, disponible chez Fayard. Son écriture est "d'une grande intensité qui a de quoi combler le lecteur", affirme-t-elle en précisant qu'elle ne s'est jamais lassée de cette lecture. Egalement maître de conférence à l'Université Paris-Sorbonne, Claire de Oliveira a mis 5 ans à traduire au mieux ce chef-d'oeuvre de l'allemand au français. Courez vite vers la librairie la plus proche pour découvrir son travail et vous (re)plonger dans cette incroyable Montagne magique. 

Le podcast est toujours disponible sur France Culture, n'hésitez pas à l'écouter !

 

Thomas Mann, La Montagne magique, traduit par Claire de Oliveira, Editions Fayard (2016)

Tags: