10 livres qui mériteraient une adaptation au cinéma

10 livres qui mériteraient une adaptation au cinéma
© Pixabay

Pour les amoureux de la littérature et du cinéma, les (bonnes) adaptations permettent d'enrichir l'oeuvre initiale en l'enrichissant de mille petits détails. Parfois, le lecteur est déçu de cette façon de voir l'histoire, parfois il la trouve fidèle et tout aussi émouvante que lors de sa lecture. Toutefois certains romans au potentiel visuel puissant, aux personnages hauts en couleurs et aux rebondissements si surprenants qu'on en rêverait la nuit n'ont toujours pas eu leur adaptation. Voici 10 romans qui apporteraient sans nul doute quelque chose de nouveau dans le monde du septième art. 

1. Pierre Louÿs, Aphrodite (1896) 

Pierre louys aphrodite

L'histoire : Démétrios est un sculpteur pouvant avoir toutes les femmes qu'il désire...voire celles qu'il ne désire pas ! Las de cette idolâtrie, il en vient à préférer sa statue, Aphrodite. Même l'amante dont il avait puisé l'inspiration pour créer cette statue ne le comblait plus. Chrysis est la seule à ne pas succomber au charme du sculpteur, elle se targue de pouvoir obtenir du « premier venu la plus vile obéissance ». Exaspéré par la résistance de cette dernière, il est prêt à tout pour être adorer par ses yeux.

 Pourquoi l'adapter ? Dans la lignée de Sade et Laclos, Pierre Louÿs a créé un roman scandaleux sur le désir qui aurait certainement beaucoup de succès s'il était adapté aujourd'hui. Eros et Thanatos sont intimement liés dans cette oeuvre singulière où l'artiste sculpteur transcende ses désirs... 

2. H.P. Lovecraft, Les Montagnes hallucinées (1936) 

Les montagnes hallucinées

L'histoire :  William Dyers, géologue et professeur d'une prestigieuse université, fait partie d'une expédition pour l'Antarctique, milieu encore inconnu des scientifiques. Ils y découvrent une nouvelle chaîne de montagnes aussi vaste que celle de l'Himalaya et commencent les premiers forages. En creusant ainsi, William tombe sur une caverne contenant des restes de créatures mi-animales mi-végétales. On les nomme les Anciens pour une raison précise : ces créatures ressemblent au mythe décrit dans le Nekromonicon de Abdul Al-Hazred... 

Pourquoi l'adapter ? Ce monde fantastique décrit par Lovecraft pourrait en faire rêver plus d'un s'il était mis en scène. Pourtant, ce récit qui figure parmi les oeuvres majeures de l'auteur est réputé pour être inadaptable. Il se trouve que Guillermo Del Toro, le célèbre réalisateur à qui nous devons notamment Le Labyrinthe de Pan, Hellboy, Pacific Rim, Crimson Peak et bientôt Shape of Water, serait prêt à relever le défi malgré tout. Les thèmes qu'il aborde se rejoignent bien avec le roman de Lovecraft : la solitude, la peur du monde extérieur, la créativité et l'imagination nécessaires pour affronter ce monde... Espérons que cela se fasse un jour ! 

3. Isaac Asimov, Le Cycle des Robots, tome 4 : Face aux feux du soleil (1954)

asimov cycle des robots

L'histoire : Elijah Baley et son partenaire Daneel R. Olivaw, un robot humanoïde, ont déjà fait équipe pour résoudre un crime sur Terre. Aujourd’hui c’est sur la lointaine planète Solaria qu’ils doivent enquêter. Dans ce monde, les humains refusent de se rencontrer physiquement, il se « visionnent » grâce à des projections télévisées. Or comment un meurtre a-t-il pu être commis s'il n’y a plus de contact physique entre les humains ? Les Solariens n’ont plus la force émotionnelle d’affronter un vrai contact. Un robot semble impliqué, cependant les trois lois de la robotique l’empêchent de nuire à un humain…

 Pourquoi l'adapter ? Grand maître de la science fiction, Asimov et son Oeuvre ont inspiré quasiment tous les films traitant de la robotique, de Ghost in the Shell à La Trilogie Matrix en passant par  I, Robot, où l'on retrouve les trois lois de la robotique. Ce tome 4 est fortement inspiré du tome 3 du Cycle des Robots, Les Cavernes d’Acier, dont l'adaptation ne lui rend pas hommage (pure production hollywoodienne sans âme). Véritable réflexion philosophique sur l'évolution et le remplacement par l'inhumain sous toutes ses formes, ce roman est également intéressant par la getion de l'espace, qui aurait de quoi faire plaisir aux réalisateurs. L'homme moderne deviendra-t-il une machine à son tour ? 

4. John Christopher, La Trilogie des Tripodes (1967) 

Les tripodes

L'histoire : A 14 ans, Will Parker aurait dû être coiffé comme les autres et serait devenu un homme. Cependant la coiffe signe l’obéissance au Tripodes. Les Hommes en sont esclaves depuis des centaines d’années. En observant les comportements de sa famille et des adultes coiffés, Will décide de ne pas être un homme comme ils l’entendent. Forcé de fuir son village, il part à la recherche des Non-Coiffés, des rebelles cachés dans les Montagnes Blanches. Commence alors un long et dangereux voyage…

Pourquoi l'adapter ? Cette trilogie de romans jeunesse pose un univers singulier où la technologie n'appartient plus à l'Homme. Une montre est un objet rare et sacré. D’ordinaire dans les œuvres, la narration se situe au moment de la menace sur la suprématie de l’Homme par une autre race et nous suivons ceux qui vont empêcher que cela arrive. Mais il est assez rare d’entrer dans un univers où tout est déjà perdu face aux Aliens. Ainsi le Tome 2 place la civilisation des Tripodes au cœur de l’œuvre, et cela est assez fascinant comme univers avec une nouvelle façon de penser, d’interagir, un nouveau système de vie. On trouve tous les ingrédients d’un bon film avec un nouvel univers intéressant visuellement aussi bien la Terre pittoresque que les Cités d’or des Tripodes, de l’aventure, des personnages bien écrits avec une réelle évolution, et une vraie forme de peur face à l’inconnu et l’immensité de la tâche à accomplir pour gagner sa liberté.

5. René Barjavel, La Nuit des temps (1968) 

La nuit des temps

L'histoire : Le professeur Simon est à la tête d’une expédition en Antarctique, un jour un faible signal sonore apparait sur les sondes. A plus de 900 mètres sous la glace, quelque chose appelle. 

 Pourquoi l'adapter ? La Nuit des Temps est un classique de la Littérature qui mêle aventure, histoire d’amour et chronique scientifique. Il nous emmène dans une Terre fascinante et idyllique où la pensée est redéfinie. « Je suis à toi » plutôt que « Tu es à moi ». Une grande histoire qui met en avant les travers du monde et de l’être humain. L’Antarctique et ceux qui s’y trouvent, humains comme premiers hommes, est la vision idéale du monde, et met d’autant plus en avant les travers de la société mondiale et de l’homme. Au-delà encore de cette histoire riche, qui mêle différentes temporalités et différents tons, le sous-texte est aussi très intéressant. Une œuvre complète qui par sa critique pourrait questionner le média-même du cinéma !

6. J.R.R. Tolkien, Le Silmarillion (1977)

Le silmarillion

L'histoire : Le Silmarillion retrace la genèse de l’univers Eä. L’univers qui verra naître par la suite les aventures de Bilbo ou Frodo Saquet. Le Silmarillion possède une mythologie forte, Tolkien a réellement créé tous un univers dans son entièreté. Rien n’est pensé au hasard, le Silmarillion peut être vu comme une Bible sur le monde qu’il a continué à construire pour la suite. Tolkien fait preuve d’un vrai travail de recherche et de créativité avec des figures puissantes. Il est intéressant de voir qu’au-delà des œuvres déjà adaptées, l’univers étendu est réfléchi et cohérent.

 Pourquoi l'adapter ? La partie la plus pertinente et qui mérite réellement une adaptation cinématographique, est celle sur la création du monde. Des espèces, des divinités nous sont alors révélées et nous éclairent sur ce monde. Visuellement parlant, toutes ces races seraient très impressionnante sur grand écran. Ce livre est une œuvre poétique, un conte qui dépasse la fantasy habituelle. Rien d’autre que la création d’un monde lyrique. Cela pourrait être un film à la jonction de The Fountain et de Noé de Darren Aronofski. 

7. Haruki Murakami, La Fin des temps (1985) 

La fin des temps

L'histoire : L’histoire se situe dans un Tokyo alternatif de la fin des années 80. Un programmateur de 35 ans, divorcé sans enfant, est envoyé dans un laboratoire souterrain de cette version cyberpunk de Tokyo. Son cerveau grâce à un implant est devenu un véritable ordinateur. Il doit collecter les données d’un vieux professeur. Celui-ci donne au narrateur un crâne de licorne. Mais le savant est enlevé…Dans la deuxième partie de l’œuvre, le récit se situe dans un monde de fantasy surréaliste. Un homme est envoyé dans une cité fortifiée où les sentiments n’existent plus. Il perd son ombre et devient le « liseur de rêve ». Il doit déchiffrer les rêves dans les crânes des licornes mortes. Mais son ombre dépérit sans lui…

 Pourquoi l'adapter ? Murakami est l’un des auteurs japonais moderne le plus connus en Occident. Pour un auteur aussi récompensé et aussi aimé par le public, il reste étrange qu’il y ait eu si peu d’adaptation de ces œuvres (en tout et pour tout, deux). Ce roman mêle humour et réflexion, poésie et mythe. On peut le voir comme un conte onirique philosophique. Les univers de La Fin des Temps sont très cinématographiques, le cyberpunk ou le dark fantasy renvoient clairement à une esthétique visuelle forte. Cela pourrait être une œuvre à la lisière entre 2046 de Wong Kar-Wai et L’armée des 12 singes de Terry Gilliam. Une œuvre onirique comme ce roman de Murakami permettrait de questionner le cinéma et son langage. 

8. Andrzej Sapkowski, Le Sorceleur (1990)

le sorceleur

L'histoire : Geralt de Riv est un être hors-norme. Il ne s'agit ni d'un humain, ni d'un monstre, ni encore d'un guerrier ou d'un magicien : c'est un Sorceleur. Un mutant créé pour être le parfait tueur de monstres. En ces temps obscurs où la terre ne fait plus qu'un avec un univers peuplé de créatures : goules, vampires, ogres pour les plus connus, il évolue solitaire à la recherche de contrat à remplir. Geralt rencontre sur sa route de nombreux personnages avec leur propre ambition, : amis d'un jour, amours d'une nuit... Arrivera-t-il à retrouver sa part d'humanité ? 

Pourquoi l'adapter ? Les jeux vidéo The Witcher nous offrent déjà quelques visuels de l'univers et cela vaut vraiment le coup d'oeil. On y trouve des décors pittoresques à l'identité forte, un héros charismatique à la présence magnétique : cheveux blancs, yeux jaunes et cicatrices. Le bestiaire monstureuex est riche, il puise dans toutes les légendes et cultures. L'univers est sombre, la violence et cruauté non-humaine ou humaine sont bien présents. C'est une véritable vision d'un monde à part entièreoù personne n'est épargné. Les hommes ne sont pas forcément bons et les créatures pas forcément monstrueuses. Aventure, action, personnages travaillés et subtils : tout y est pour créer une oeuvre cinématographiqeu à l'imagerie unique. 

9. Serge Brussolo, Peggy Sue et les Fantômes (2001)

Peggy Sue et les fantômes

L'histoire : Peggy Sue n’est pas très jolie, elle porte d’horribles grosses lunettes. Elle ne peut pas les retirer, ce sont des lunettes magiques qui empêchent les « invisibles » de lui faire du mal. Elle est la seule à pouvoir voir ces êtres maléfiques qui se disent à la base du monde, ils auraient eux-mêmes causé la perte des dinosaures. Un jour, la ville se réveille et un étrange soleil bleu trône dans le ciel. Ces radiations entraînent une intelligence inhabituelle chez les habitants avant qu’ils sombrent dans la folie… Qu’en est-il des animaux ?

Pourquoi l'adapter ? Peggy Sue est une série de littérature jeunesse qui a connu un véritable succès critique dès le premier tome. Aussi imaginatif qu’un Harry Potter, plus sombre qu’un Narnia, Peggy Sue est empreint d’une patte unique. Jonglant entre science-fiction, terreur, fantastique et suspens, cette série se démarque nettement des autres. Ecrit dans la forme pour la jeunesse, le fond est mature, voire horrifiant. Cela nous dévoile un aspect très intéressant de l’enfance et cet attrait pour le bizarre et la peur, un peu à la façon du Labyrinthe de Pan de Guillermo Del Toro. Les histoires sont singulières dans le paysage de le littérature jeunesse : elles montrent un univers créatif à la fois riche et simpliste, comme l’idée d’un enfant de cinq ans écrite par un adulte désabusé de trente ans. Au fond, un style qui résume le passage de l’adolescence.

10. Anonyme, Le Livre sans nom (2007)

le livre sans nom

L'histoire : Santa Mondega est une ville américaine à la frontière du Mexique, une ville oubliée qui vit selon ses règles... Un mystérieux tueur aux effluves de Bourbon tue tous ceux qui ont lu l'énigmatique Livre sans nom... La seule survivante de son précédent massacre se réveille soudainement 5 ans après, amnésique... Des moines experts en arts martiaux sont à la recherche d'une pierre magique, "L'oeil de la lune", qui rendrait invincible... Le massacre va-t-il recommencer à peine cinq ans plus tard ? 

 Pourquoi l'adapter ? Le livre est une référence à l’art cinématographique, on retrouve l’influence de Tarantino et de films  tel que Seven ou The Ring. Il est bourré de références pop, tout cela dans un rythme soutenu où se côtoient des flics très spéciaux, un tueur à gage en Elvis Presley, des moines ninja et une pierre magique. Certains passages sont juste mythiques et pourraient faire partie de l’anthologie du cinéma avec une réelle maîtrise. L’humour est présent dans les dialogues, mais pas seulement : il l’est d’autant plus dans les situations hallucinantes qui nous sont racontées. Un scénario qui tient extrêmement bien la route malgré son côté décomplexé. On n’arrive pas à croire ce qu’on lit : « Non, il a osé ?  Oh mon dieu, ça passe très bien, en fait ! ».  Pour résumer, un vrai thriller, avec des vraies enquêtes, de vrais bons personnages dont on se préoccupe, et un vrai mystère. Tout cela sous Bourbon.

 

Pour aller plus loin...

> Explorez notre rubrique Cinéma

> Découvrez toutes nos critiques littéraires "Focus sur..."